PROPOSITIONS. Le député Gilles Carrez vient de remettre au Premier ministre son rapport sur les économies et les nouvelles sources de financements de la Société du Grand Paris. Le parlementaire suggère principalement d'instaurer un péage urbain et d'élargir l'assiette ainsi que le taux de plusieurs taxes.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait chargé le député LR Gilles Carrez d'un rapport sur les économies à réaliser, et parallèlement les nouvelles sources de financements à envisager, pour le budget de la Société du Grand Paris (SGP), l'organisation chapeautant la construction du super-métro - le Grand Paris Express - qui doit encercler la capitale à compter de 2024. Le parlementaire a remis son rapport ce jeudi 6 septembre au chef du gouvernement, et doit le présenter ce vendredi 7 au conseil de surveillance de la SGP. Selon l'AFP, le document pointe "plusieurs angles morts dans le financement qui pourraient devenir des impasses", à savoir les coûts d'exploitation et de maintenance des gares et autres infrastructures. Ce "modèle économique" induit des coûts qui n'ont pas été "précisément anticipés", d'après le rapport, cité par l'Agence France Presse.

 

200 à 250 millions d'euros supplémentaires à trouver chaque année

 

Partant de ce constat, Gilles Carrez estime que le budget de la SGP, pour être viable, nécessite des "recettes supplémentaires estimées entre 200 et 250 millions d'euros par an", et ce, dès 2019. L'élu enchaîne avec des propositions concrètes, à commencer par "la mise en place d'un péage urbain, au niveau de l'agglomération parisienne ou sur une base régionale plus large", qui serait envisageable "à moyen terme, lorsque les lignes du Grand Paris Express seront mises en service (entre 2024 et 2030)". Mais Gilles Carrez propose également d'élargir l'assiette et le taux de plusieurs taxes, à l'instar de celle sur les surfaces de bureaux ou de celle nommée "taxe spéciale d'équipement" (une taxe additionnelle aux deux taxes foncières - propriétés bâties et non-bâties -, à la taxe d'habitation et à la cotisation foncière des entreprises, NDLR).

 

Autre préconisation : "ajouter une part régionale à la taxe de séjour", pour mettre à contribution les usagers en transit sur la région parisienne, étant donné que ces derniers empruntent également le réseau de transports franciliens. Plus généralement, le rapporteur demande davantage de transparence sur l'évolution des coûts et le calendrier du projet, et recommande, pour éviter tout nouveau dérapage du montant de la dette (qui a déjà explosé), de "créer dans la loi un plafond d'emprunt de 35 milliards d'euros pour la SGP".

 

Matignon a réagi à la remise de ce rapport : "Gilles Carrez propose plusieurs pistes intéressantes qui répondent à la préoccupation du gouvernement de sécuriser le projet, d'en maîtriser les coûts et d'assurer qu'il sera livré dans les temps", a déclaré Edouard Philippe par voie de communiqué. "Le préfet de la région Ile-de-France, préfet de Paris, va engager sans délai la concertation avec les collectivités concernées, en premier lieu desquelles la région Ile-de-France."

 

Le rapport de Gilles Carrez doit être rendu public dans les jours qui viennent.

actionclactionfp