Le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP) vient de voter un investissement de près de 3,5 milliards d'euros pour la réalisation de la partie nord-est du Grand Paris Express, reliant Noisy-Champs à Saint-Denis Pleyel. Le calendrier prévoit l'enquête publique à l'automne 2014 et le début des travaux en 2016 pour une mise en service en 2023.

Ce vendredi 4 juillet, le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a, donné son feu vert à la deuxième phase du programme du Grand Paris Express (GPE), le super métro de la région parisienne.
Alors que l'an dernier, le conseil de surveillance avait autorisé la ligne 15 pour 5,295 milliards d'euros d'investissements, il a accordé cette année, au directoire, une autorisation d'investissement d'un montant de 3,5 milliards d'euros pour la ligne 16 principalement.

 

9 nouvelles gares seront desservies
Ce tronçon de la ligne 16, qui doit entrer en service en 2023, relie exactement Noisy-Champs à Saint-Denis Pleyel. Il totalisera par conséquent 29 km de nouvelles lignes et traversera 17 communes de Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis et dont une partie du tronçon sera intégralement construite en souterrain. Objectif : desservir 9 nouvelles gares, dont 7 en correspondance avec les RER, métros ou tramways, selon les chiffres rappelés par la SGP dans un communiqué.
Dans le schéma des futures lignes du Grand Paris Express, destiné à mieux relier les banlieues entre elles et à désaturer la zone centrale de Paris, le tronçon englobe la future ligne 16, ainsi que le tronc commun de la ligne 17 (17 Sud) entre les gares Le Bourget RER et Saint-Denis Pleyel et de la ligne 14 (14 Nord) reliant Saint-Denis Pleyel à Mairie de Saint-Ouen.

 

D'ailleurs, les lignes 16 et 17 seront parcourues par des trains d'une capacité de 500 passagers. "Dès son ouverture, la ligne 16 - qui irriguera l'est de la Seine-Saint-Denis - sera fréquentée par 150.000 à 200.000 personnes chaque jour de semaine", selon les prévisions de trafic.

 

Vers des premiers coups de pioche en 2016
Si les premiers tunneliers s'activeront dans le creusement du tronçon dès 2016 après l'enquête publique prévue à l'automne prochain, les premiers trains ne circuleront cependant pas avant 2023 sur les lignes 16 et 17.

 

"En autorisant cet investissement, le conseil de surveillance fait franchir à la SGP une deuxième étape majeure (…) La SGP va pouvoir enclencher les prochaines phases du projet: des marchés d'études et de maîtrise d'oeuvre pour ce tronçon seront signés pour un montant de 200 millions d'euros. Leurs impacts sur l'activité et sur l'emploi seront tout à fait essentiels", a déclaré enfin Philippe Yvin, président du directoire de la SGP.

actionclactionfp