INFRASTRUCTURE. Le 4 juillet 2022, la Société du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) qui pilotera notamment la création de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse, a franchi une étape importante : elle a installé son conseil de surveillance, voté un premier budget ainsi qu'une première convention de financement. Des débuts aussi marqués par une réunion du comité de pilotage et une mise au point concernant la participation de l'Europe.


C'est "une étape essentielle dans l'avancée d'[un] projet majeur" qui a été franchie le 4 juillet 2022, selon Catherine Trevet, directrice territoriale de SNCF Réseau en Occitanie. Un "projet d'avenir, qui fait sens, qui nous rassemble", complète Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine. Ce jour-là, à Toulouse, la Société du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (SGPSO) a réuni son premier conseil de surveillance et comité de pilotage.

 

Réunissant l'Etat, représenté par le préfet de la région Occitanie et coordonnateur du GPSO Etienne Guyot, 25 collectivités territoriales participant au financement, SNCF Réseau et SNCF Gares et connexions, cette société de projet dont la création a été permise par la loi mobilités est chargée de piloter la construction de deux lignes à grande vitesse : Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Environ 330km de voies nouvelles et l'aménagement de nœuds ferroviaires au sud de Bordeaux et au nord de Toulouse sont au programme, pour un budget estimé à 14,3 milliards d'euros.

 

 

Une présidence tournante et un premier budget adopté

Il vous reste 76% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp