RELANCE. Dans le cadre du plan France Relance, l'exécutif va consacrer 15 millions d'euros à la transition écologique des artisans et indépendants, en collaboration avec les réseaux des Chambres des métiers et de l'artisanat, de commerce et d'industrie. Le but : financer un diagnostic individuel duquel découlera un plan d'actions.

Pour l'exécutif, la transition écologique doit aussi concerner les entreprises artisanales. D'où l'annonce, ce 5 juillet, par les ministres de la Transition écologique, Barbara Pompili, et des petites et moyennes entreprises, Alain Griset, d'une enveloppe de 15 millions d'euros destinée à financer l'accompagnement des artisans et indépendants pour accélérer leurs actions en faveur de l'environnement. C'est dans le cadre du plan France Relance que cette mesure est lancée, en collaboration avec les réseaux des Chambres des métiers et de l'artisanat (CMA), de commerce et d'industrie (CMI), ainsi qu'avec l'Ademe (Agence de la transition écologique).

 

Rechercher des financements, optimiser les processus, demander une labellisation...

 

Concrètement, les professionnels pourront ainsi bénéficier d'un diagnostic individuel gratuit, réalisé par un conseiller d'une CMA ou d'une CMI. Cette opération leur permettra de mesurer "la maturité écologique de l'entreprise", et d'établir un "plan d'actions" que celle-ci pourra ensuite mettre en oeuvre pour renforcer son engagement dans la lutte contre le changement climatique. L'accompagnement englobera les recherches de financements, pour un investissement, une étude ou encore une formation, et l'optimisation des processus de production ou du fonctionnement général de l'entreprise, en considérant entre autres la consommation d'énergie et d'eau, les matières premières utilisées, la production de déchets ou les questions de mobilité. Les artisans et indépendants pourront en outre en profiter pour se lancer dans une démarche de labellisation environnementale.

 

Présentée comme un "dispositif exceptionnel" par le Gouvernement, cette enveloppe doit en théorie permettre d'effectuer "35.000 diagnostics et 10.000 actions d'accompagnement". Sera aussi mis en place un comité de pilotage, qui sera composé de la Direction générale des entreprises, du Commissariat général au développement durable, de l'Ademe et des deux réseaux consulaires. "Les entreprises qui réussiront demain sont celles qui auront intégré suffisamment tôt les enjeux de la transition écologique dans leur stratégie", a insisté Barbara Pompili. "La transition écologique, enjeu majeur pour notre économie, s'est aussi imposée comme une nécessité pour une croissance responsable des TPE et PME", a abondé Alain Griset.

 

Les artisans, "des acteurs concrets et efficaces du développement durable"

 

Car le rôle des artisans et indépendants dans ce domaine ne doit pas être négligé, selon le président de CMA France : "Beaucoup d'entreprises artisanales sont, parfois sans le savoir, des acteurs concrets et efficaces du développement durable et du respect de l'environnement. Circuit de proximité pour les approvisionnements, réduction des emballages, lutte contre le gaspillage alimentaire, rénovation énergétique des bâtiments, réduction des consommations d'énergie par la domotique, activités de réparation permettant de réduire l'achat de produits importés... Toutefois, nous devons aller plus loin dans notre rôle d'ambassadeurs de l'économie verte, durable et circulaire", a estimé Joël Fourny.

actionclactionfp