DIAPORAMA. Vieillissant et obsolète, le parc des expositions de Porte de Versailles à Paris, qui accueille des congrès et des salons, avait besoin d'un rafraîchissement. Et l'exploitant Viparis a décidé de voir les choses en grand en revitalisant l'ensemble du site. Au programme : création de places, d'espaces verts et surtout de quatre nouveaux pavillons signés par des pointures de l'architecture française. Découverte.

"Nous voulons créer un lieu de rencontre pour les exposants, les riverains et les visiteurs", c'est donc le portrait d'un lieu ouvert et communiquant que le directeur de Viparis dresse pour le futur site de Paris expo Porte de Versailles qui verra le jour d'ici à 2024. Et pour réussir ce tour de force, ce sont pas de moins de 500 millions d'euros d'investissements et dix années de chantier qui sont programmés.

 

Car il faut le souligner, le site actuel manque cruellement de lisibilité, d'organisation et surtout de fraîcheur. C'est donc pour remédier à ces défauts que l'exploitant Viparis* a demandé à ses différents publics de participer à une consultation afin de peaufiner un lieu répondant le plus possible à leurs attentes. "Chacun a fait sa liste 'à la Prévert' et on s'en est inspiré pour écrire le brief", explique Renaud Hamaide, directeur général de Viparis.

 

Verdissement des espaces
Résultat : l'endroit sera entièrement remodelé et repensé dans un esprit se rapprochant de celui des expositions universelles. Et ce nouvel aménagement, décloisonné et ouvert à tous, se verra dès l'entrée avec la création d'une place d'accueil de 7.000 m2 surplombée d'un anneau aérien géant de 50 mètres de diamètre en inox poly miroir. Mais ce parc nouvelle génération sera surtout marqué par son verdissement, soit 25.000 m2 de parc paysager, 52.000 m2 de toitures végétalisées. Ce sont cinq jardins biotopes qui se logeront le long des allées piétonnes : parc suspendu, éphémère, pédagogique etc, ainsi qu'une petite ceinture de 1,7 km laissant libre court à une balade verte.

 

Des pavillons griffés
Outre l'environnement, certains bâtiments, appelés désormais pavillons, seront entièrement revus. Exit les 8 halls et place à 7 pavillons dont les nouveaux seront conçus par cinq pointures de l'architecture ! "On ne voulait pas de continuité comme c'est souvent le cas avec un alignement sur l'architecture du bâtiment le plus ancien. Ici, chaque réalisation aura sa propre identité avec son effet "waouh !" Les seuls points communs s'organiseront autour de la cohérence de circulation, l'interconnectivité et la modularité", souligne Renaud Hamaide. Le pavillon 1, œuvre de l'architecte Dominique Perrault, se déclinera sous la forme d'une voile dorée et restera le plus grand espace de plain-pied du parc ; les pavillons 2 et 3 seront conçus par Christian de Portzamparc et se rapprocheront de l'art cinétique ; les pavillons 4 et 5 sont préservés ; de son côté, Jean Nouvel, qui est aux commandes du pavillon 6, présente une construction élancée avec des flux multicolores relatant l'actualité du pavillon grâce à des effets électroniques ; et enfin, le pavillon 7 sera rénové par Valode et Pistre et accueillera un centre de congrès de 5.000 personnes en son sommet : "Ce sera le plus haut centre d'Europe. Il bénéficiera d'une vue magnifique sur Paris et plus particulièrement sur la tour Eiffel", glisse Denis Valode. Et bien sûr, l'ensemble se veut performant et prévoit une réduction de 30% des consommations d'énergie d'ici à 2020 (NDLR : conformément au plan climat de Paris), notamment grâce au 9.400 m2 de panneaux photovoltaïques et 33 cheminées solaires et puits géothermiques.

 

La tour Triangle en marge
Enfin, si le projet est bel et bien sur les rails, reste une interrogation, et pas des moindres : celle de la construction de la tour triangle des architectes Herzog et de Meuron, implantée au cœur du site. Ce programme, en dehors du projet de restructuration du parc des expos, est néanmoins attaché à celui-ci de par sa proximité. Actuellement visé par plusieurs recours d'associations, le gratte-ciel est donc en attente de son permis de construire qui sera déposé "dans un à deux mois", a indiqué Renaud Hamaide. Nul doute que chacune des parties devraient regarder l'avancement des projets de près dans les mois à venir, d'autant que Viparis est l'opérateur de l'immeuble.

 

* La société Viparis (détenue à 50/50 par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France et la société foncière Unibail-Rodamco).

 

Les chiffres clés du projet
Investissement : 497 millions d'euros
Quatre architectes : Dominique Perrault, Jean Nouvel, Valode et Pistre et Christian de Portzamparc
7 pavillons pour 216.000 m2 de surface d'exposition

actionclactionfp

Anneau aérien du futur parc expos de la Porte de versailles

parc expos de la Porte de versailles
parc expos de la Porte de versailles © Viparis
Le gigantesque anneau de 50 mètres de diamètre dessine une spectaculaire place centrale à l'entrée principale du parc. Tout en inox polymiroir, cet anneau en lévitation est aussi un immense écran led. Ce ruban animé de plus de 150 mètres de circonférence accueille et oriente : visiteurs et exposants visualisent en un clin d'oeil la programmation événementielle et la localisation de chaque manifestation.

 

Outre la place d'accueil, le projet propose deux places satellites marquant les entrées des pavillons 6 et 7.

Le pavillon 1 de Dominique Perrault

Pavillon1
Pavillon1 © Dominique Perrault
Pavillon emblématique du parc des expositions, le pavillon 1 est relié aux pavillons 2 et 3 par le Pont des expositions, large passerelle de 20 mètres qui accueille stands et animations. Tour à tour opalescente, réfléchissante ou transparente, une grande voile de métal tressé, aux couleurs dorées des pierres de Paris, distingue et unifie la longue façade du pavillon 1. "Cette longue ligne correspond à celle de la tour Triangle. Ce sont des dimensions qui se répondent", a expliqué Dominique Perrault lors de la conférence de presse.

Pavillon 2 et 3 de Christian de Portzamparc

Pavillon 2 et 3 de Christian de Portzamparc
Pavillon 2 et 3 de Christian de Portzamparc © Viparis/ Christian de Portzamparc
Le pavillon 2 déploie une surface de 12.000 m². C'est l'une des plus petites jauges du parc. Le pavillon 3, avec son plateau de 33.000 m², introduit une nouvelle jauge d'exposition sur le site. Sa surface se prête à toutes les configurations avec un espace modulable en quatre zones, toutes dotées d'une entrée indépendante.
"La façade du pavillon 2 s'étire tel un long ruban cinétique et optique, d'acier et de verre. Elle propose au passant une séquence animée par la lumière et le récit qui s'y déroule", expliquent les équipes de Christian de Portzamparc.

Pavillon 6 de Jean Nouvel

Pavillon 6 de Jean Nouvel
Pavillon 6 de Jean Nouvel © Viparis/ Jean Nouvel
Accessible depuis la porte principale du parc via un trottoir roulant, le pavillon 6, entièrement reconstruit à la place des anciens pavillons 6 et 8, développe une surface d'exposition de 16.000 m². Désormais de plain-pied avec les pavillons 5.2 et 5.3 et relié par deux passerelles au pavillon 4, il crée avec ses voisins une unité de lieu de 54.000 m². Mitoyen du complexe hôtelier 2* sup et 3* qui accueillera 1.000 m2 de commerces, le pavillon 6 s'ouvre sur un vaste parvis.

Pavillon 7 de Valode et Pistre

Viparis
Viparis © Viparis/Valode et Pistre
Bâtiment emblématique de l'architecture brutaliste dont il est l'héritier et le témoin, le pavillon 7 surplombe le parc et la ville de Paris. Sa façade, redessinée par Valode & Pistre, se veut moderne. L'intérieur du bâtiment est entièrement rénové avec deux grands plateaux d'exposition modulables et un nouvel atrium central ajouré, accueillant les circulations verticales. Sur les deux niveaux hauts,
le Centre des congrès et des conventions d'une capacité de 5.000 personnes.

Hôtel et restaurant

Hôtel et restaurant
Hôtel et restaurant © Viparis
Guy martin ouvrira un restaurant. Cet établissement gastronomique proposera une cuisine de marché et des produits locaux assaisonnés d'herbes et d'épices lointaines.
Le projet prévoit aussi l'implantation d'un hôtel. Le positionnement retenu pour le complexe hôtelier est celui d'un 2* supérieur et 3*, d'une capacité de 440 chambres et d'une surface de 14.500 m². Au rez-de-chaussée, il devrait y avoir des boutiques sur rue.

Plan masse du futur site Paris expo de la Porte de Versailles

Plan masse
Plan masse © Viparis
A noter que le nombre de places de parking sur le parc est réduit de 17 %. Sous le pavillon 6, un nouveau parking de 1.500 places verra le jour. 250 emplacements dédiés aux deux-roues seront répartis dans les parkings C et R.