TECHNOLOGIE. Le géant du numérique Microsoft a choisi le français Naval Group pour concevoir un équipement d'un genre particulier : un data center sous-marin. L'intérêt ? Le refroidissement des serveurs électroniques est assuré en continu par la fraîcheur de l'océan Atlantique.

Les centres de traitement de données (data centers) sont indispensables aujourd'hui et s'avèrent gourmands en énergie pour refroidir en continu les serveurs. Afin de réduire ces besoins, Microsoft a choisi une approche originale : celle de développer un data center immergé qui ne consommerait que 5 % de l'énergie nécessaire à un système équivalent basé à terre. Et c'est l'entreprise française Naval Group (ex-DCNS) qui a été choisie pour mettre au point et construire cet équipement marin dit "Natick Project phase 2".

 

La population vit près des côtes ; pourquoi pas ses données

 

Eric Papin, le directeur de l'Innovation & l'expertise technologique, souligne l'ambition de ce projet : "Nous sommes fiers d'avoir pu apporter à Microsoft l'expertise de Naval Group en termes de design, mise en œuvre, déploiement et maintenance de projets navals et maritimes innovants". La firme accompagne donc le géant de l'informatique pour construire, installer puis exploiter le centre de données sous-marin, dont la puissance de calcul équivaut à "plusieurs milliers de PC individuels" et qui stocke des données équivalent à près de 5 millions de films numérisés. Les serveurs sont en fait encapsulés dans un gros cylindre pressurisé qui repose sur une structure d'amarrage triangulaire. Et c'est un système air-eau qui permet d'échanger les calories intérieures contre la fraîcheur benthique et de refroidir simplement les processeurs.

 

Plusieurs sites de Naval Group et sa filiale Naval Energies ont été mobilisés, dont Nantes (design), Cherbourg (tests), Lorient (fabrication de l'amarrage) et Brest (fabrication de l'enveloppe). L'équipement sous-marin est alimenté en énergies marines renouvelables et se trouve déployé depuis le début du mois de juin 2018 au large de l'archipel des Orcades (nord de l'Ecosse). Il y sera exploité à distance pendant toute une année afin d'évaluer ses performances en conditions réelles. Mais le data center a été conçu pour rester immergé cinq fois plus longtemps, sans qu'une intervention directe soit nécessaire. Installés près des côtes, ses jumeaux pourraient ainsi être positionnés près des consommateurs (la moitié de la population mondiale vit dans une bande côtière de 200 km) et améliorer les délais de latence dans les connexions. Microsoft entrevoit la possibilité de produire en série ces data centers pour les déployer rapidement et à un coût réduit dans un avenir proche.

 

actionclactionfp