INNOVATIONS. Pour la 3e édition de l'événement, une vingtaine de jeunes pousses se sont affrontées pour décrocher l'un des Trophées Start-up 2020-2050. Amélioration du confort des logements ou des espaces de travail, optimisation de l'exploitation des bâtiments, production ou collecte d'énergies… Découvrez les grandes tendances technologiques et le nom des trois solutions distinguées.

La Journée de l'efficacité énergétique est l'occasion, pour les jeunes entreprises innovantes, de présenter leurs solutions les plus prometteuses dans le domaine de la construction et du bâtiment. Les sociétés présentes dans le village qui leur est dédié étaient invitées à concourir aux "Trophées Start-up 2020-2050" en soumettant une rapide présentation de leur technologie ainsi qu'une courte vidéo de 2 minutes, présentant leur innovation. Certaines entreprises, présentes sur les précédents opus d'EnerJ-meeting ou déjà récompensées l'an passé, n'ont pas concouru, mais une vingtaine ont fait acte de candidature.


"L'immobilier n'est pas immobile", J. Denormandie

 

Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, a tenu à saluer les acteurs de l'innovation dans le Bâtiment, à travers une vidéo diffusée avant l'annonce des lauréats, le 7 février 2019. "L'innovation doit répondre aux besoins des acteurs du bâtiment, des professionnels, pour que vous puissiez vous en saisir et faire demain davantage de bâtiments avec du confort et de la qualité de vie, à moindre coût", a-t-il notamment affirmé. "Le second enjeu, c'est l'accès à des services utiles pour les habitants, par exemple pour réduire leur facture énergétique." Il a profité de l'occasion pour faire un point sur les chantiers réglementaires en cours pour "libérer l'innovation". "Depuis la rentrée 2018, les travaux de réécriture et de simplification du code de la construction et de l'habitat (CCH) ont commencé, en copilotage avec le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique (CSCEE). D'ici février 2020, le CCH sera réécrit."

 

 

Enfin, en matière de permis d'innover, Julien Denormandie a rappelé qu'il était opérationnel dès ce mois de janvier. "Tout maître d'ouvrage peut provoquer des solutions techniques différentes que celles prévues par la réglementation, pour faciliter l'intégration d'innovations ; sous réserve que le résultat final soit équivalent en termes d'exigence. L'immobilier n'est pas immobile, l'innovation est en cœur du secteur."

 

Vers le "multi-confort"

 

La première tendance qui se dégage est l'explosion de l'intérêt pour la question du confort d'usage des habitations ou des bureaux. Qu'il s'agisse de qualité de l'air intérieur ou d'acoustique, ces thématiques sont largement représentées dans les solutions proposées cette année. Citons par exemple Kandu, qui effectue des diagnostics des espaces de travail sous l'angle de la santé et du "multi-confort" au moyen de capteurs installés sur place, pendant quelques semaines et qui mesurent à la fois le niveau sonore et les quantités de polluants présents dans l'atmosphère. Ces bornes communiquent ensuite via le protocole Sigfox afin d'obtenir un état des lieux et de préconiser, si nécessaire, des actions d'amélioration. Autre startup présente sur ce créneau, Nano Sense, qui avait déjà présenté une tablette domotique durcie. En 2019, elle innove avec une sonde autonome, sans pile et sans fil, qui suit la qualité de l'air intérieur en mesurant de nombreux paramètres : température et humidité, mais aussi concentrations de CO2, de composés organiques volatils (COV) et de particules fines (PM1, PM2.5 et PM10). Ces sondes sont multi-protocoles (KNX, EnOcean, LON, Zigbee, Lora, Modbus…) et permettent de contrôler les moyens de remédiation intégrés : ventilation, traitement d'air, recirculation. Du côté de Sustain'Air on développe un système de chauffage-ventilation-climatisation, alimenté par de l'énergie solaire thermique, qui fonctionne selon un principe adiabatique et de roue dessicante, capable de remplacer des groupes de froid. Cette solution, écologique, ne requiert donc pas de gaz frigorifique et participe à une meilleure qualité de l'air intérieur. Autre jeune pousse dynamique, Octopus Lab qui travaille depuis plusieurs années sur un simulateur de qualité de l'air intérieur. Un outil de prévision qui aide à la conception de bâtiments plus sains, totalement compatible BIM. Il s'appuie sur divers indicateurs comme les matériaux utilisés, les systèmes de ventilation choisis, le taux d'occupation envisagé… Chez Immoblade enfin, l'idée est de lutter contre les apports solaires indésirables au moyen de mini-lames sur mesure, parfaitement orientées selon la saison et l'exposition du bâtiment. Une solution simple et élégante, personnalisable, pour améliorer le confort d'été tout en ménageant la luminosité en hiver.

 

Rénovation énergétique et révolution numérique

 

Autre grande tendance, celle liée à l'immense chantier de la rénovation du parc existant, afin de le rendre plus performant et plus économe. Citons par exemple Diggloo, qui propose une aide au diagnostic grâce à des drones et des études thermiques, destinée plus spécifiquement au patrimoine public et institutionnel. Chez Karibati, autre habitué des Trophées Start-up 2020-2050, l'idée est également de proposer des services autour de la construction biosourcée, qu'il s'agisse de prestations de bureau d'études, d'offre de formation (MOOC) ou d'obtention de labels. La société Cool Roof met au point un enduit de toit rafraîchissant destiné aux grandes toitures, qui réfléchit la lumière solaire et abaisse les besoins de climatisation. Une solution qu'il faudrait coupler avec des technologies de panneaux solaires afin d'en maximiser l'efficience. D'ailleurs, deux entreprises concourraient avec des technologies hybrides, Base qui s'appuie sur de l'aérovoltaïque et Dual Sun qui opte pour un vecteur liquide afin de récupérer en sous-face la chaleur des panneaux photovoltaïques.

 

Enfin, troisième axe privilégié par les startups, celui du Big data et de l'aide à l'exploitation des parcs de bâtiments. La société Deepki analyse les données de multiples sources existantes et permet à ses clients d'optimiser la gestion de biens immobiliers pour les aspects eau et énergie. Energisme se destine également aux "facility managers" avec une plateforme data des consommations énergétiques. La solution Nest quant à elle, à ne pas confondre avec un thermostat connecté, constitue une aide pour les aménageurs afin d'évaluer la performance environnementale de leurs projets. Chez Effi Pilot, on parle de "pilote automatique" d'un parc en phase exploitation. Pour Immersite en revanche, il est question de visite virtuelle interactive de projets d'urbanisme. Il s'agit là d'un outil de communication utile à une meilleure acceptation de la part du grand public et à une bonne concertation avec les acteurs locaux. Quant à Integrated Environment Solutions, elle développe un outil de simulation énergétique 3D qui permet de mieux préparer l'obtention de labels de performance type BREEAM et LEED.

 

Trois grandes thématiques que le jury a souhaité distinguer dans son palmarès 2019.

 

Découvrez les gagnantes des Trophées Startup 2020-2050 en page 2

actionclactionfp