Pour le plâtre, le recyclage relève de la même logique : matériau minéral, naturel, il présente une grande capacité à être réutilisé. Chaque année, 50.000 tonnes de déchets de plâtre sont ainsi retraitées en France. "Avec les objectifs européens pour 2020, ce tonnage doit passer à 245.000 tonnes. Il va donc falloir encore faire un effort", tempère Thierry Fournier, qui a été directeur général de Placoplatre jusqu'en juin 2014. Les industriels du secteur, qui organisent peu à peu la filière de récupération des déchets issus des chantiers de déconstruction, visent donc des objectifs ambitieux. Chez Placo, le pourcentage d'incorporation de plâtre recyclé varie entre 20 et 25 %, une proportion quasi-identique à celle annoncée chez Siniat pour l'avenir, avec 30 % de recyclat dans ses produits (contre 15 % actuellement). Là encore, les principales difficultés s'avèrent être logistiques : les déchets, récupérés en vrac dans des bennes de chantier, doivent ensuite être acheminés puis triés. "De la même façon qu'il existe une filière pour le verre blanc et une pour le verre vert, nous séparons les types de plâtre suivant les additifs qu'ils contiennent", explique le responsable du recyclage chez Placo. D'autant que, comme le verre qui est utilisé dans des menuiseries, le plâtre ne vient pas seul : "Les résidus de carton des plaques sont éliminés par tamisage et soufflage. Les petits morceaux restant sont brûlés lors de l'étape de cuisson", précise l'industriel.

 

Lire la fin de l'article en page 3.

actioncl