CONJONCTURE. Le nombre de défaillances d'entreprises a diminué aussi bien en décembre 2019 qu'en janvier 2020, selon la Banque de France, qui en a comptabilisé 51.165 en cumul sur 12 mois à la fin de l'année dernière, tous secteurs d'activité confondus. La construction ainsi que l'ensemble des catégories d'entreprises bénéficient de cette amélioration.

La fin d'année 2019 et le début d'année 2020 sont encourageants pour le tissu économique national : d'après les statistiques de la Banque de France, le nombre de défaillances d'entreprises a effectivement diminué en décembre dernier, atteignant 51.165 en cumul sur 12 mois (soit -5,2% par rapport à la même période un an plus tôt), ainsi qu'en janvier dernier, avec 49.710 procédures cumulées (ce qui représente une baisse de 8,6% en comparaison au mois de janvier 2019), et ce tous secteurs d'activité confondus. Certains d'entre eux bénéficient plus que d'autres de cette amélioration, particulièrement celui de la construction : 11.064 défaillances de structures ont été recensées en décembre dernier en cumul sur un an, soit un recul de 6,7% par rapport à décembre 2018, et 10.785 dossiers cumulés sur 12 mois ont été comptabilisés en janvier 2020, un chiffre en retrait de 9,4% en comparaison à janvier 2019. Pour le seul mois de décembre 2019, le bâtiment et les travaux publics ont enregistré 875 défaillances d'entreprises.

 

Les activités immobilières remontent elles aussi la pente : avec seulement 131 procédures en décembre dernier, elles n'en ont cumulé que 1.645 de décembre 2018 à décembre 2019, soit une très légère diminution de 1,4%. Les données provisoires disponibles pour le mois de janvier 2020 indiquent que les professionnels de l'immobilier n'ont subi que 1.574 procédures en cumul sur un an, ce qui représente ici une baisse de 6,2%.

 

Les micro-entreprises, TPE, ETI et grandes entreprises en forme, les petites et moyennes entreprises un peu plus fragiles

 

D'une manière générale, la Banque de France note que les défaillances sont en recul pour l'ensemble des PME : -5,2% en décembre puis -8,6% en janvier, avec respectivement 51.129 puis 49.677 procédures (en cumul sur un an). Une situation qui s'explique notamment par la baisse du nombre de procédures pour les micro-entreprises, qui enregistrent -5,3% en décembre puis -8,5% en janvier (respectivement 48.346 puis 46.976 unités) ainsi que pour les TPE, qui enchaînent deux vagues successives de baisse : -8,2% en décembre puis -12,3% en janvier, ce qui représente respectivement 1.630 puis 1.591 dossiers. Les petites entreprises, selon la classification de la Banque de France, affichent des chiffres plus modestes : 807 défaillances en décembre (+0,4%), puis 785 en janvier (-6,4%). Idem pour les moyennes entreprises, où la tendance est moins positive : 346 procédures fin 2019 (+9,5%), 325 début 2020 (-2,1%). En revanche, les ETI et les grandes entreprises sont également en forme : elles n'ont totalisé que 36 dossiers en décembre 2019 (-5,3%) et 33 en janvier 2020 (-15,4%).

 


actionclactionfp