C'est justement pour contrer le phénomène d'étalement urbain que le programme Playtime a vu le jour, l'objectif étant de surcroît de "faire coexister dans la même volumétrie ces deux 'univers', celui minéral et urbain de la 'rue', et celui végétal de la cour", selon l'équipe de B+C Architectes. Déplorant que la ville se répande sans pour autant différencier les éléments divers qu'elle intègre, les concepteurs ont donc souhaité abolir "toute notion traditionnelle de typologie" et "pratiquer plutôt l'hybridation des programmes".

 

Dans les faits, cela se traduit par une nouvelle approche en termes d'image mais aussi d'usages : l'objectif est alors de conjuguer les atouts de la densité urbaine, avec tout ce qu'elle brasse au niveau des "échanges" et des "interdépendances", et les avantages du "vivre à la campagne", qui renvoient pour leur part à la présence du naturel et à l'autosuffisance énergétique.

actioncl