OPPOSITION. Les ouvriers de la capitale culturelle d'Australie ont été placés au chômage technique, en raison de la non-conformité aux règles sanitaires et aux manifestations anti-vaccin. La ville connaît des confinements successifs depuis le début de la pandémie.

Un vent de colère souffle en Australie. Au sud du pays, la ville de Melbourne est secouée par des manifestations anti-vaccin depuis plusieurs semaines. Les autorités ont décidé, ce mardi 21 septembre, de fermer les chantiers pour cause de non-respect des règles anti-Covid par les ouvriers y travaillant, et après des manifestations contre des nouvelles règles plus strictes.

 

Parmi les opposants, une centaine d'ouvriers du bâtiment ont manifesté lundi dans le centre de Melbourne. Ils ont été aperçus briser des vitres pour crier leur colère contre l'obligation qui leur est faite de se faire vacciner. "Ces fascistes ivres et abrutis indignes de l'Australie sont la raison pour laquelle les ouvriers du bâtiment resteront chez eux sans être payés au cours des deux prochaines semaines", a fustigé le patron du syndicat local de la construction, John Setka, qui a dénoncé avec véhémence le comportement des manifestants les plus violents.

 

 

Des clusters sur certains chantiers

 

Les habitants de la seconde plus grande ville du pays en sont à leur sixième confinement, face au variant Delta qui progresse rapidement. Cet énième confinement, stricte, dure depuis sept semaines. Le média australien ABC avait calculé, le 18 août dernier, que la ville avait connu, au total, 200 jours de confinement depuis le 30 mars 2020.

 

Récemment, des foyers d'infection ont été identifiés sur des chantiers de construction autour de Melbourne, où les règles seraient plus laxistes selon les autorités. "Nous avons été clairs : si vous ne respectez pas les règles, nous n'hésitons pas à prendre des mesures", a affirmé le ministre des Relations industrielles de l'Etat de Victoria [dont Melbourne est la capitale, ndlr], Tim Pallas, en annonçant la décision des autorités de fermer les chantiers.

 

 

"Nous avons averti l'industrie (du bâtiment) il y a une semaine, nous avons vu des comportements scandaleux sur les chantiers et dans les rues, et donc nous agissons de manière décisive et sans hésitation", a-t-il continué. Cette décision de fermeture administrative met des dizaines de milliers d'ouvriers au chômage technique. De nouvelles manifestations ont eu lieu ce mardi, suite à cette décision.

 

Dans un communiqué du ministère que Batiactu a pu consulter, le gouvernement évoque l'inquiétude "persistante" qui règne, face au nombre de cas de coronavirus qui augmente, aux risques de transmission de la maladie et au manque de conformité aux règles. Toute la métropole de Melbourne est concernée, dans un rayon de plus de 150 kilomètres. Avant la réouverture des chantiers, les ouvriers devront se conformer aux directives du ministère de la Santé. Ils devront pour cela prouver à leur employeur qu'ils ont reçu au moins une dose du vaccin contre le Covid-19, pour pouvoir retravailler le 5 octobre. "À partir du 23 septembre, tous les travailleurs devront avoir reçu au moins une première dose de vaccin", a ajouté le ministère des Relations industrielles.

actionclactionfp