NUISANCES SONORES. Les unités extérieures des pompes à chaleur peuvent être à l'origine de conflits de voisinages "importants". L'État est ainsi sollicité pour revoir la réglementation en la matière.


Des "nuisances sonores" qui mènent parfois à "d'importants conflits de voisinage" : c'est un constat qui semble s'imposer de plus en plus fréquemment, à mesure que les installations de pompes à chaleur se multiplient sur tout le territoire. Cet appareil, pour rappel, règne sur le secteur de la maison individuelle depuis l'entrée en vigueur de la réglementation thermique 2012, la réglementation environnementale 2020 (RE2020) n'ayant fait que renforcer cette situation. L'entrée en vigueur de futurs seuils, plus exigeants, de la RE2020 en 2025 et 2028 pourrait même amener ce type d'équipement à s'imposer également en logement collectif. Le gouvernement met régulièrement en avant les atouts de la Pac, dont le déploiement est très fortement soutenu par MaPrimeRénov' et les certificats d'économie d'énergie (CEE) : recours aux énergies renouvelables, mode de fonctionnement considéré comme peu émetteurs de gaz à effet de serre, et avantage de pouvoir se passer d'énergies fossiles (notamment de gaz russe). Mais il y a un 'hic' : de plus en plus de voix s'élèvent pour signaler ces risques de tensions entre riverains, du fait du bruit des unités extérieures de ces appareils.
Il vous reste 55% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp