AMÉNAGEURS. François Rieussec, président de l'Union des aménageurs, se satisfait des ouvertures esquissées par la Première ministre au Congrès des maires, pour revoir les modalités de mise en place du Zan, et fait des propositions concrètes pour "construire des projets vertueux sur les territoires".


"Le gouvernement est conscient que l'application du Zan telle que prévue initialement conduit dans le mur". François Rieussec, qui représente les aménageurs-lotisseurs et préside l'Unam, alerte depuis plusieurs mois sur les dangers que représente, selon lui, une réduction "arithmétique" de l'urbanisation, telle qu'envisagée par la loi Climat et résilience. Il détaille, pour Batiactu, les propositions "concrètes" qu'il avance dans les discussions avec l'administration.

 

Depuis quelques semaines, en effet, le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu, et, plus récemment, la Première ministre Elisabeth Borne elle-même, ont multiplié les signes d'ouverture, devant la levée de bouclier, venant à la fois du secteur de la construction et des élus locaux, provoquée notamment par les décrets d'application du printemps 2022 vécus comme trop stricts voire inapplicables, et en cours de réécriture.

 

 

La règle actuelle va favoriser la dispersion et la division foncière "sans intérêt" social ou environnemental

 

Il vous reste 66% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp