CONGRÉS DES MAIRES. ZAN, amortisseur électricité, filet de sécurité, remplacement de la CVAE par une part de TVA… En conclusion du grand rassemblement annuel des maires de France, la Première ministre n'a pas éludé les principaux sujets de préoccupations des élus, prônant une adaptation des dispositifs basée sur l'échange et la coconstruction entre Etat et pouvoirs publics locaux.


"Je suis sans doute restée une ingénieure. Je préfère l'action aux slogans, les faits aux polémiques." En clôture du 104e Congrès des maires, le 24 novembre 2022, Élisabeth Borne n'était donc pas venue avec des annonces fracassantes, ni avec des petites phrases, ni non plus avec de grandes envolées lyriques. Non, celle qui est devenue Première ministre il y a six mois a préféré mettre en avant du concret, qui ne lui "fait pas peur" et l'inquiète "en tous cas beaucoup moins que les phrases toutes faites".

 

Les représentants des associations d'élus, David Lisnard, président de l'Association des maires de France (AMF) en tête, reconnaissent que la Première ministre a su apaiser les relations entre l'État et les pouvoirs publics locaux. Les échanges depuis sa prise de fonction sont nombreux, le dialogue plus constructif que par le passé. Une sorte de "méthode Borne" que l'intéressée dit appliquer depuis longtemps, dans "toutes les étapes de [son] parcours professionnel, comme cheffe d'entreprise, comme préfète, comme ministre".
Il vous reste 83% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp