IMMOBILIER. Le parlement de la ville de Berlin a adopté ce 30 janvier 2020 un dispositif de gel et de plafonnement des loyers qui s'applique dès cette année et ce, pour une durée de cinq ans. Une décision qui est cependant menacée par des recours juridiques.

Les choses bougent dans l'immobilier outre-Rhin. Ce 30 janvier 2020, le parlement de la ville de Berlin a adopté un dispositif de gel et de plafonnement des loyers qui s'applique dès cette année et ce, pour une durée de cinq ans. La capitale allemande, en proie à une flambée des loyers depuis déjà plusieurs années, souffre a fortiori d'une pénurie de logements, en dépit de sa très grande superficie : en 10 ans, les loyers ont doublé dans une métropole comptant 4 millions d'habitants et qui s'avère de plus en plus "gentrifiée". C'est donc pour contrer ce phénomène que le parlement berlinois, au sein duquel les partis de gauche et les écologistes sont majoritaires, a voté en faveur de ce texte, à 85 voix sur 150. Le nouveau système, qui concerne l'ensemble des logements anciens du parc privé - soit environ 1,6 million d'habitations, selon la mairie -, prévoit donc que certains loyers pourront de nouveau augmenter à compter de 2025, mais de seulement 1,3%. Par ailleurs, le texte adopté ouvre la possibilité d'abaisser certains loyers particulièrement élevés. En revanche, les logements sociaux et les nouveaux appartements qui ne sont pas encore loués n'entrent pas dans le champ d'application de cette loi.

 

Comme on pouvait s'y attendre, cette décision du parlement municipal a fait réagir. Les conservateurs, opposés à ce texte, ont tout de suite prévenu qu'ils allaient déposer un recours devant la cour constitutionnelle fédérale. En toute logique, le secteur de l'immobilier est également très critique à l'encontre de ce plafonnement des loyers : les professionnels craignent que cette mesure ne freine la construction de logements à Berlin, tout en pénalisant les artisans et en aboutissant, finalement, à de nouvelles augmentations de prix. En moyenne, les Berlinois consacrent un quart de leur salaire à leur logement, d'après le portail immobilier Immowelt. Seuls 18,4% d'entre eux sont propriétaires de leurs logements, ce qui est l'un des taux les plus faibles d'Europe. Berlin, à la fois commune et Land, est le premier Etat de l'Allemagne à introduire une telle mesure.

actionclactionfp