CONJONCTURE. Le mois d'août 2019 a permis à l'activité des entreprises de travaux publics de progresser de 6,1% par rapport à la même période, un an auparavant. Les indicateurs restent toujours bien orientés, mais les professionnels commencent à se préparer à l'impact des élections municipales de 2020.

Toujours pas le moindre nuage à l'horizon pour les entreprises de travaux publics : ce mois d'août 2019 leur aura permis d'augmenter de 6,1% leur activité en comparaison au mois d'août 2018, d'après une note de conjoncture de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). Certes, le rythme de croissance s'essouffle quelque peu par rapport aux mois précédents, mais le mois d'août est souvent difficile à interpréter étant donné que son volume d'activité est toujours plus faible, du fait des périodes de congés. Quoi qu'il en soit, l'activité des TP poursuit sa progression depuis le début de l'année 2019, cumulant pour l'heure +12,7%, bien que le rythme se ralentisse quelque peu sur le dernier trimestre, avec +8,4% sur la période juin-août en comparaison à la même période, un an auparavant. Les grands opérateurs continuent à tirer la locomotive des chantiers d'infrastructures, aux côtés du bloc communal et de ses investissements à mettre en corrélation avec l'approche des élections municipales de 2020.

 

Carnets de commandes bien orientés, effectifs permanents en hausse

 

Le mois d'août aura aussi vu une timide augmentation du montant de marchés conclus, de l'ordre de 1,5%. Comme elle le rappelle à chaque note de conjoncture depuis déjà plusieurs mois, la FNTP répète que le cumul des prises de commandes enregistrées depuis janvier 2019, de l'ordre de -4,9%, doit prendre en compte "l'effet de base lié à l'attribution de lots importants du Grand Paris Express en 2018". Toutefois, les enquêtes d'opinion réalisées par la fédération auprès des différentes spécialités (travaux routiers, canalisations et travaux électriques) indiquent que les carnets de commandes demeurent bien orientés.

 

Conséquence logique de la période estivale et de ses congés, le volume total d'heures travaillées (regroupant les ouvriers permanents et les intérimaires) a accusé un léger retrait sur les 3 derniers mois : -2,1% de juin à août, et -4,1% pour le seul mois d'août 2019, par rapport aux mêmes périodes de 2018. Ceci dit, les heures totales travaillées depuis le début de l'année 2019 enregistrent +4,2%, une hausse due aux heures des effectifs permanents (+5,8% depuis janvier). Du côté des intérimaires, la FNTP relève que le volume d'heures a plongé de 11,6% entre juin et août, et que le recours à l'intérim est relativement stable depuis le début de l'année, avec seulement -0,9%. Il faut dire que le secteur continue à créer des emplois : les effectifs d'ouvriers permanents ont poursuivi leur croissance en août 2019, avec +2,3% en comparaison à août 2018.

 

"L'année 2019 se poursuit sur un bon rythme pour les travaux publics", commente la FNTP. "L'activité est toujours soutenue par la clientèle des collectivités locales et des grands opérateurs. Les carnets de commandes restent bien garnis, ce qui est de bon augure pour la fin d'année." Mais la vigilance du secteur se focalise sur les prochaines échéances électorales : "Au-delà, c'est surtout de la dynamique de l'investissement local en infrastructures dans une période marquée par un enchaînement d'échéances électorales que dépendra l'évolution de l'activité des travaux publics".

actionclactionfp