FINANCEMENTS. L'Etat et les partenaires sociaux se sont (enfin mis) d'accord sur les engagements financiers supplémentaires demandés à Action Logement. L'organisme paritaire, assis sur d'énormes réserves, va aider à financer le "défi" lancé par le gouvernement pour construire 250.000 logements en deux ans. Et augmenter encore sa participation à la rénovation urbaine.


Emmanuelle Wargon avait prévenu : en 2021, Action logement allait mettre la main à la poche. En plus du milliard d'euros ponctionnés sur ces (importantes) réserves financières, issues des cotisations employeurs non utilisées chaque années (4 à 5 milliards de réserves), en plus des 300 millions de ristourne annulés, le gouvernement entendait que l'organisme paritaire participe à l'effort de construction de logement sociaux. L'accord a été annoncé le 5 février lors d'une conférence : Action Logement consacrera 1,17 milliards d'euros supplémentaires en 2021 et 2022 à la construction de logements sociaux. Auxquels s'ajoutent 200 millions d'euros d'aides pour l'achat dans le neuf, et surtout, 1,4 milliards supplémentaires pour la rénovation urbaine.

 

La ministre chargée du logement avait lancé, quelques jours plus tôt, un "appel", en forme de "défi", au secteur dans son ensemble et aux bailleurs sociaux - et leurs financeurs - en particulier, pour la construction de 250.000 logements sociaux supplémentaires dans les deux prochaines années. Il faut dire que les chiffres pour 2020 ne sont pas bons : moins de 90.000 HLM ont été agréés. Par ailleurs, le gouvernement avait également annoncé, fin janvier, que les fonds de l'Anru seraient abondés de deux milliards supplémentaires. Action Logement prendra donc à sa charge le gros de cette somme.

 

De nouvelles priorités en matière de logement

 

Au terme de discussions menées depuis début décembre avec le gouvernement, les partenaires sociaux d'Action Logement s'engagent sur le fondement d'un constat partagé : la crise a fait émerger de nouvelles priorités en matière de logement. Prenant appui sur les résultats de la Convention quinquennale 2018-2022 et du Plan d'investissement volontaire, l'organisme a "décidé d'adapter ses interventions au contexte d'urgence". Ces engagement supplémentaires prendront la forme d'un avenant à la convention quinquennale qui doit être signé "très prochainement", a indiqué Bruno Arcadipane, président du groupe.

 

Il a souligné "l'effort financier significatif" accompli par le groupe Action Logement : environ 1,5 milliard d'euros de plus sont inscrits dans l'avenant (sous forme de redéploiement de crédits non utilisés), hors engagement pour la rénovation urbaine, qui concerne le long-terme. Ces fonds ont vocation à être utilisés dans les deux ans.
Il vous reste 64% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp