CHUTE. Les agréments délivrés de logements sociaux ont fortement baissé en 2020 dans la région. Dans le même temps, les besoins des Franciliens ne font qu'augmenter. Explications avec Jean-Luc Vidon, président de l'Union sociale pour l'habitat d'Île-de-France (Aorif).

Cela faisait 15 ans que le secteur n'avait pas connu cela. Un peu plus de 20.000 agréments pour la production de HLM ont été délivrés en 2020 dans la région Île-de-France. En comparaison, c'est 40% de moins qu'en 2016 et 25% de moins qu'en 2019. Une dégringolade qui a des conséquences sur le moyen-terme.

 

"L'Union sociale pour l'habitat d'Île-de-France (Aorif) avait tablé sur 21.000 agréments en décembre, les chiffres que nous avons aujourd'hui montrent que notre estimation était proche de la réalité", indique à Batiactu un représentant de la communication de l'Aorif.

 

25% des demandes de logement social dans la capitale

 

Le Schéma régional de l'habitat et de l'hébergement a fixé à 37.000 le nombre d'agréments annuels afin de répondre à la demande. "On avait presque atteint l'objectif en 2016 avec 36.000 agréments mais, depuis, la situation se dégrade", constate Jean-Luc Vidon, président de l'Aorif, dans une interview pour Batiactu. "Nous sommes au début de l'année 2021 et nous ne retrouvons toujours pas de dynamique de reprise. De l'autre côté, la demande de logement ne fait qu'augmenter." En effet, 740.000 ménages sont en attente d'un logement social. Soit 30.000 ménages de plus par rapport à l'an passé. Paris compte à elle seule 25% des demandes. À cela s'ajoute le prix des terrains, toujours très élevés, et la hausse des coûts de la construction.

 

La crise du coronavirus en partie en cause

 

Désormais, il faut presque trois ans pour obtenir un logement social dans la région, selon une étude de la direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement (Drihl) d'Île-de-France, publiée en juillet 2020.

 

Qui dit moins d'agréments, dit moins de logements livrés. "Les deux à quatre prochaines années seront impactées par cette crise", chiffre Jean-Luc Vidon. "Cela sera très difficile pour les demandeurs de logement."

 

La baisse du nombre d'agréments au sein du parc résidentiel social de la région s'explique notamment par le report des élections municipales et la crise sanitaire. En effet, les constructeurs et promoteurs ont dû arrêter leurs chantiers durant le premier confinement. "Les nouvelles équipes municipales devraient être en train d'engager des projets mais, cette année, les bailleurs sociaux font le constat d'une frilosité de construire. Des permis sont refusés, les règles d'urbanisme sont réinterrogées et les collectivités se posent des questions sur la densité urbaine et sur la mobilisation des sols ", ajoute Jean-Luc Vidon." On observe aussi de nombreux recours contre la construction de logements. En réaction, les élus se veulent prudents."

 

Une mobilisation régionale nécessaire

 

Face à la réticence de certains acteurs du logement, le président de l'Union, Jean-Luc Vidon, affirme que "les questions de forme urbaine, de densité urbaine et de préservation des sols sont évidemment très importantes et elles sont prises en compte par les organismes Hlm dans leurs projets. Mais ces questions ne peuvent durablement conduire à freiner la production, sauf à admettre que l'Ile-de-France est condamnée à vivre une crise profonde et durable du logement, avec toutes les conséquences que cela implique." Le président de l'Aorif appelle plutôt à une mobilisation régionale pour répondre à cette crise du logement.

 

Il rappelle également l'importance de prendre en compte la nouvelle donne environnementale. "L'acte de construire doit encore changer. Les programmes de logements sociaux vont bien au-delà des normes énergétiques prescrites par l'État. Les passoires thermiques vont notamment être éradiquées dans le parc social, avant même de concerner le secteur privé."

 

Un accord de construction sur deux ans

 

"Nous avons des difficultés à accéder au foncier, nous sommes confrontés à des prix qui augmentent et à des collectivités prudentes voire rétives à l'acte de construire", regrette Jean-Luc Vidon, qui s'inquiète de cette situation. "L'Île-de-France est devenue une région trop chère pour se loger pour de nombreuses familles. Il faut engager une discussion avec le parc privé, afin que celui-ci soit abordable. Si le logement privé est trop cher, la rotation au sein du parc social sera très faible et les demandeurs ne pourront pas rejoindre le parc social", analyse-t-il.

 

Si cette crise du logement touche également d'autres régions, le gouvernement s'est lancé le défi de construire 250.000 logements sociaux en deux ans sur tout le territoire, contre 87.500 logements agréés en 2020. Une initiative que salue le président de l'Aorif. "Nous ne pouvons qu'approuver cette volonté politique de relancer la construction. Pour l'Île-de-France, cela signifie qu'il faut délivrer 32.000 agréments en 2021. On en est encore loin."

actionclactionfp