UN PROJET/UNE PARTICULARITE
La Tisanerie
J. Triquet ©

La Tisanerie : un projet intergénérationnel écologique et économique (diaporama)

C'est un projet particulier qui est cours de finition à Chaveyriat (Ain) : un ensemble de logements bioclimatiques à vocation intergénérationnelle, permettant d'accueillir à la fois des personnes âgées et des jeunes actifs autour d'un jardin partagé. Une initiative voulue par Jérôme Triquet, le maître d'ouvrage propriétaire du terrain. Explications.

 
 
 
 


Jérôme Triquet disposait d'un terrain constructible situé au centre du petit village de Chaveyriat, entre Bourg-en-Bresse et Mâcon : "Il s'agit d'une zone rurale. Après quelques échanges avec le maire, nous avons convenu qu'il y avait besoin de logements pour des personnes âgées qui avaient vécu et travaillé là toute leur vie, à l'image de mes parents", nous explique l'initiateur du projet. Rapidement, quatre objectifs émergent : créer les conditions d'une mixité générationnelle, pour maintenir les seniors sur leur lieu de vie, tout en proposant des services d'aide à la personne ; alléger le budget logement des résidents ; concevoir des bâtiments respectueux de l'environnement ; et enfin, faire de cette opération un outil pédagogique et un démonstrateur.

"La Tisanerie" se présente donc comme un ensemble de trois bâtiments, plus un corps de ferme qui abritera le réfectoire et une salle de loisirs, implantés sur un terrain de 4.000 m². En tout, 11 logements seront créés, dont trois dans le premier bâtiment sorti de terre (les deux autres suivront dans une 2e phase ultérieure). "Les études ont été lancées en septembre 2007 avec l'architecte", explique Jérôme Triquet. Les bâtiments seront conçus suivant les principes de la bioclimatique avec une orientation nord-sud, 60 % de surfaces vitrées exposées au sud, protection solaire et végétalisation. Afin de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de faire des enjeux environnementaux un moyen de répondre aux objectifs économiques du projet, il s'oriente vers une structure mixte 50 % béton banché, 50 % bois. "Les bâtiments, semi-enterrés, emmagasineront ainsi la chaleur et permettront un déphasage thermique grâce à la masse du béton. Et ce matériau est relativement moins onéreux", poursuit le porteur du projet. Afin d'obtenir le niveau de sobriété énergétique requis, l'isolation et l'étanchéité font l'objet d'une attention particulière.

Niveau élevé d'isolation et d'étanchéité à l'air
"L'ossature bois permet une conception plus souple, plus légère, et autorise une bonne gestion des ponts thermiques et de l'isolation. Les techniques utilisées ne sont pas particulièrement révolutionnaires mais nécessitent un ajustement minutieux", juge le maître d'ouvrage. Ainsi, les parties de béton banché sont isolées par l'extérieur (polystyrène), la structure bois au moyen de fibre de bois, de panneaux OSB et de ouate de cellulose. La couverture en zinc est également isolée grâce à ce matériau. Aucun détail n'est oublié : ouvrants certifiés passifs, traitement des ponts thermiques, adhésif haute performance dans les liaisons, etc. Des tests d'étanchéité donnent des résultats satisfaisants : 0,3 volume/heure à 50 Pa soit la moitié de la valeur minimale requise !

Lire la suite de l'article en page 2.

 
 
 
 
 



 
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
 




Sam - Grenoble
Du 23/04/2014 au 25/04/2014
Capurba - Lyon
Du 20/05/2014 au 22/05/2014
Lumibat - Lyon
Du 20/05/2014 au 22/05/2014
Hydrogaia - Montpellier
Du 21/05/2014 au 22/05/2014
Salon de la prescription - Biarritz
Du 21/05/2014 au 23/05/2014
Du 03/06/2015 au 05/06/2015

Recherche dans