La Direction générale de l'énergie et du climat du ministère de l'Environnement prévoit que le parc éolien offshore de Dunkerque, actuellement en phase de mise en concurrence, entre en service en 2022. La CRE doit se prononcer sur les candidats retenus pour entrer en dialogue concurrentiel à la fin du mois de mars.

Le parc éolien en mer de Dunkerque (Nord) dont la procédure d'appel d'offres a débuté à la fin de 2016 devrait entrer en action avant 2023, échéance importante pour le niveau atteint par les renouvelables en France. Des documents publiés par la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) indiquent : "La date prévisionnelle de mise en service des installations du parc envisagé est 2022".

 

La procédure est aujourd'hui en cours avec le dépôt des candidatures des groupes intéressés, comme EDF ou WPD Offshore (Allemagne), une première étape qui s'achèvera le 28 février prochain. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) disposera ensuite d'un mois pour étudier les dossiers et déterminer quels sont les groupements aptes à poursuivre les discussions avec l'administration dans le cadre du dialogue concurrentiel. Cette seconde étape permettra d'affiner les offres et de définir le cahier des charges précis du projet. Des échanges qui pourraient s'étaler sur "4 à 6 mois" selon la DGEC.

 

Huit parcs soit 4 GW espérés en 2023

 

Le développement de ce parc éolien offshore constitue un troisième appel d'offres après le premier, remporté par EDF (trois parcs) et Iberdrola (un parc) en 2012, et le deuxième, confié à Engie (deux parcs) en 2014. Un autre projet est également prévu à l'île d'Oléron (Charente-Maritime). Même si les détails ne sont pas connus pour ce parc et pour celui de Dunkerque, les puissances installées devraient être comprises entre 250 et 750 MW, la capacité moyenne de toutes les autres fermes attribuées s'établissant à 500 MW (soit environ 80 machines). Les premiers tours de pales sont attendus pour 2021, avec plusieurs années de retard sur le programme initial, en raison de nombreux recours d'associations locales.
actionclactionfp