La ligne 4 a été mise en service en 1908, unifiant "les quartiers de Montmartre, les Halles, le quartier latin ou encore du petit Montrouge qui semblaient alors appartenir à des univers distincts et parfois même un peu étrangers les uns aux autres", conte le Premier ministre. Elle est la première ligne également à travers la Seine en souterrain, "ce qui demeure l'une des plus grandes prouesses techniques du siècle dernier".

 

A la fin des années 1920, déjà, il avait été envisagé un prolongement pour desservir la proche banlieue, vers Montrouge, Bagneux et Arcueil. La ligne passe finalement le périphérique pour la première fois en 2013, avec l'inauguration d'un nouveau terminus à Mairie de Montrouge. Il est alors prévu que la ligne poursuive sa route non plus vers Arcueil, mais entre dans Bagneux avec deux nouvelles stations Barbara et Bagneux Lucie-Aubrac.

 

Deux femmes à l'honneur

 

Un hommage rendu à deux femmes choisies après consultation des habitants et usagers. "Et quelles dames", s'est exclamé le Premier ministre, évoquant deux personnalités "extraordinaires qui, chacune à leur façon, ont profondément marqué l'histoire de notre pays", et "unissent des valeurs, des combats communs pour notre République, dont je veux rappeler en ces temps troublés qu'ils n'appartiennent pas seulement à l'histoire, et qu'ils nous obligent collectivement".

 

Après Bagneux, les élus du sud des Hauts-de-Seine nourrissent encore bien des ambitions pour la ligne 4. "Nous portons déjà le projet de la prolonger jusqu'à Robinson, avec une nouvelle station dans Bagneux, indique Marie-Hélène Amiable. Mais cela est une autre histoire…"

actioncl