A Courbevoie, le futur siège de l'INPI est en train de voir le jour. Avec sa façade en colombages apparents, son verre et son atrium foisonnant, il compte s'imposer comme un symbole de la construction de bureaux en bois. Il n'en oubliera pas d'être performant en s'affichant comme un bâtiment à énergie positive. Découverte.

«C'est une réalisation révolutionnaire !». Le maire de Courbevoie, Jacques Kossowski, donne le ton et n'est pas peu fier d'accueillir prochainement sur son territoire un bâtiment tertiaire à énergie positive en bois. «Le projet est chaleureux avec un jardin intérieur et une architecture innovante et performante», renchérit le promoteur concepteur, Marc celaries, du groupe Natekko.

 

En effet, d'ici à septembre 2012, pas moins de 550 salariés de l'INPI (Institut national de la propriété industrielle) seront regroupés dans de nouveaux locaux en banlieue de Paris. «Nous souhaitons offrir un cadre de vie différent en travaillant sur la convivialité, la communication, la certitude et la confiance», explique Yves Lapierre, directeur général de l'organisme.

 

Un bois certifié
Et quoi de mieux qu'un bâtiment innovant pour accueillir un spécialiste de la création et de l'inventivité. Ainsi, le nouveau siège de l'INPI s'appliquera à offrir une nouvelle réponse en matière de bureaux, notamment en misant sur le bois. Rare sont les bâtiments tertiaires sur plusieurs étages à utiliser le matériau. Ici, le choix est clair et visible grâce à une architecture jouant sur les colombages. Au total, ce sont 130 méga poutres et 300 planchers qui ont été livrés : «Le bois provient de la forêt située à proximité de notre usine et l'ensemble est certifié PEFC», précise Frank Mathis, directeur de l'entreprise du même nom.

 

Mais pour parvenir au résultat, il a fallu miser sur la préfabrication des pièces, soit 20.000 heures de travail en usine. Autre défi : le problème de la charge et de l'acoustique. Pour faire face à ces contraintes, les entreprises du projet ont proposé un système de bois/béton au plancher. D'ailleurs, du côté du chantier, on ne le cache pas, maçons et charpentiers ont œuvré main dans la main.

 

Un bâtiment performant
Outre son enveloppe, le bâtiment a également choisi de se distinguer par ses qualités environnementales : «La conception s'appuie sur la sobriété énergétique, notamment grâce au patio et à la gestion intelligente des façades par un jeu de pare-soleil, des équipements comme les pompes à chaleurs réversibles air/eau et des panneaux photovoltaïques», explique Frédéric Frusta du bureau d'études Oasiis.

 

Au final, le bâtiment devrait être à énergie positive et produire 6% d'énergie de plus que la consommation du site : «C'est peu en chiffre, mais un vrai challenge !», note Frédéric Rusta. A cela s'ajoute la récupération d'eau de pluie avec une cuve de 30 m3 qui servira pour les besoins en eau des toilettes et l'arrosage des plantes situées sous l'atrium. Avec de tels équipements, l'ambition est affichée puisque le siège de l'INPI vise la certification NF HQE bâtiment tertiaire.

actionclactionfp

Façade chantier

INPI
INPI
Le futur siège de l'INPI sera situé à Courbevoie.

Détail colombage

Détail colombage
Détail colombage
La façade sera vêtue de bois et de verre. Les architectes, Bidart et Tryptique, ont voulu un projet entre tradition et modernité.

Verre et bois

INPI
INPI
Les architectes ont voulu un projet généreux dans la transparence et les matériaux.

Au coeur de l'atrium

inpi
inpi
Au coeur du bâtiment, on trouvera un atrium foisonnant avec de nombreuses plantes.

Passerelle

passerelles
passerelles
L'atrium sera accompagné de 3 passerelles qui pourront servir pour traverser le bâtiment.

Détail

detail
detail
Auparavant, le site accueillait des anciens ateliers d'Areva. Dès 2012, ce sont 550 salariés de l'INPI qui emménageront dans les nouveaux locaux.

Etais

Etais
Etais
L'effort énergétique a été réalisé sur la conception globale pour trouver un équilibre et parvenir à la performance énergétique voulue sans créer un effet thermos.
Le plafond sera muni de serpentins chaud ou froid alimenté par une pompe à chaleur air-eau. A la base, le projet devait s'appuyer sur la géothermie en utilisant la nappe phréatique mais, après analyse, des traces de pollution ont été découvertes.

Vue du projet

inpi
inpi
Le coût de construction atteint 2.100 euros/m2 Shon, bâtiment non équipé.

Patio

inpi
inpi
Le bâtiment devrait être à énergie positive, soit produire plus d'énergie qu'il n'en consomme.

Intérieur

inpi
inpi
A noter que l'image ci-dessus propose un simulation et qu'il ne s'agit pas des aménagements intérieurs de l'Inpi. Le bâtiment ne sera pas forcément entièrement en open space.