ENJEUX. Ce 13 juin 2019 se tenait une conférence de presse de l'Union des fabricants de menuiseries (UFME) qui, après avoir organisé son assemblée générale le 18 avril dernier à Troyes, est revenue sur les principales décisions qui en ont découlé. Au programme : recyclage des fenêtres, communication accrue, zoom sur la formation et la certification NF Bois.

Au lendemain de l'annonce par Edouard Philippe d'une remise à plat totale des aides à la rénovation énergétique, et notamment de la transformation du CITE (Crédit d'impôt à la transition énergétique) en une "aide massive" réorientée vers les ménages plus modestes, les annonces de l'Union des fabricants de menuiseries (UFME) trouvent un certain écho. Ce 13 juin 2019, l'organisation a tenu une conférence de presse pour présenter les principales décisions qui ont découlé de son assemblée générale du 18 avril dernier à Troyes (Aube). Quatre axes majeurs ont ainsi été délimités par les adhérents, qui ont d'ailleurs reconduit Robert Dollat à la tête de l'UFME : "Notre feuille de route est ambitieuse, comme en témoignent les nombreux projets de nos commissions technique, communication, sociale et formation", a déclaré ce dernier à cette occasion. "Dans les mois à venir, nous maintiendrons notre cap pour proposer à nos adhérents un accompagnement toujours plus qualitatif, en leur donnant des outils concrets pour appréhender solidement les évolutions de leurs métiers, du marché économique et de la réglementation en vigueur."

 

Une communication élargie et diversifiée

 

Quels sont donc ces "outils concrets" que l'organisation souhaite fournir à ses 145 membres ? Pour commencer, le groupe de travail sur le BIM a d'ores-et-déjà rendu disponible sur Internet une dizaine d'objets aux formats Revit, Archicad et IFC, ce qui ferait des professionnels des menuiseries des pionniers dans ce domaine si l'on en croit le délégué général de l'UFME, Philippe Macquart : "C'est ce qui va nous faire rentrer dans le XXIe siècle de la fenêtre". Développés en collaboration avec la Fédération française du bâtiment (FFB) et la Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb), ces modèles numériques seraient téléchargés plus d'un millier de fois chaque semaine. L'UFME, qui représente 55% de la production française de menuiseries, tous matériaux confondus, est également en mesure aujourd'hui de fournir les fiches techniques de l'ensemble de ses produits commercialisés, tout en continuant à plancher sur les autres documents techniques, sachant que "la sévérité est de plus en plus constante sur la pose des fenêtres". Un autre groupe de travail est dédié à la ventilation, qui se fait souvent par les fenêtres alors qu'elle devrait s'effectuer par les murs.

 

La nouvelle feuille de route de l'UFME passe aussi par une communication accrue et élargie : une application baptisée "Le Club" va être lancée et s'adressera aux adhérents, dans l'optique de fluidifier leurs échanges et de leur fournir un annuaire ainsi qu'un calendrier des réunions professionnelles. Lancé en 2008, rafraîchi en 2015, le site Web de l'organisation va en outre être intégralement refondu afin de supporter les quelques 9.000 connexions mensuelles de membres de la filière. Plus largement, la communication de l'UFME s'axera sur les fenêtres PVC, sur le savoir-faire et l'engagement écologique du secteur, sans oublier quelques évènements comme la Journée technique consacrée à la certification NF Bois le 26 septembre prochain.

 

Concilier formation technique et sensibilisation au recyclage

 

Egalement à l'ordre du jour de l'assemblée générale de l'organisation de fabricants, le volet social et formation professionnelle. Au travers d'un diagnostic de l'emploi dans le secteur de la menuiserie industrielle, l'UFME ambitionne de mesurer les besoins de la filière en vue d'attirer les jeunes et d'inciter les salariés à rester. "L'évolution technique des fenêtres ces 20 dernières années a été telle que les connaissances des salariés de la filière n'ont pas forcément suivi", souligne Philippe Macquart. Pour permettre au secteur de se prendre en main, la formation continue va jouer un rôle central, avec la mise en place d'un Certificat de qualification professionnelle (CQP) intitulé "Menuisier industriel-fabrication de fenêtres" : déjà validé par la Commission paritaire nationale de l'emploi, ce dispositif "toujours en construction et particulièrement lourd" sera accessible par la Validation des acquis par l'expérience (VAE) ou par la formation initiale. De même, un kit de formation sera distribué à chaque nouveau salarié de la filière, contenant un lexique de base du monde de la fenêtre, ainsi que les performances thermiques et acoustiques des menuiseries extérieures.

 

Dernier grand projet de l'UFME : promouvoir et renforcer le développement durable au sein de la filière. Avec 8,4 millions de fenêtres déposées chaque année en France - ce qui représente un volume de déchets équivalent à la pyramide de Khéops -, l'intérêt du recyclage coule de source aux yeux des professionnels. "L'UFME prend le sujet du recyclage des fenêtres totalement en main à partir de cette année", insiste son délégué général. "Il faut savoir notamment que le PVC peut être totalement recyclé." Pour ce faire, une communication sera lancée à compter de septembre 2019 sur la valorisation des fenêtres en PVC, tandis qu'une Charte d'engagement pour le recyclage des menuiseries en fin de vie sera publiée. Il s'agira en fait d'un guide des bonnes pratiques visant à sensibiliser et informer les ouvriers sur les chantiers des enjeux de la valorisation. En parallèle, le secteur poursuivra le développement des points de collecte du PVC et du verre plat - on en compte actuellement environ 90 à l'échelle nationale. L'UFME a d'ailleurs imaginé avec un collectif d'entreprises aveyronnaises un système de point de collecte des fenêtres usagées, probablement voué à s'étendre à d'autres régions. Toujours dans le cadre de cette campagne de communication, le site Choisirmafenêtre.fr sera lancé à destination des particuliers, en s'attardant sur les notions de performances, de confort, de décoration, de développement durable et aussi de "fabriqué en France".

 

Nouveau référentiel pour la certification NF Bois

 

Enfin, l'UFME a pris l'initiative de repositionner la marque NF Fenêtres Bois et Portes extérieures, en collaboration avec l'institut FCBA. Cela se traduit par un nouveau référentiel qui permet d'aller en deux temps : d'abord la certification de la conception, et ensuite la certification d'un niveau supérieur de performances. "Il ne faut pas se le cacher : c'est un moyen de se défendre contre les importations. Nous rappelons qu'il vaut toujours mieux choisir un produit certifié, dont on connaît la provenance et qui fait l'objet d'un meilleur contrôle", souligne Philippe Macquart.

 

L'ensemble de ces axes de travail vise donc, non seulement à améliorer la visibilité et la lisibilité des professionnels des menuiseries extérieures, mais aussi à pousser la filière à passer à la vitesse supérieure dans les domaines du développement durable et du recyclage. "D'ici 3-4 mois, nous procèderons à la mise en place des tenants et des aboutissants pour la valorisation de nos produits. Nous collaborerons également avec les cimentiers et les verriers sur ce sujet, dont l'intérêt pour eux est de réduire leur consommation énergétique", conclut Philippe Macquart.

actionclactionfp