ETUDE. A fin mai, la quasi-totalité des entreprises de TP ont retrouvé le chemin des chantiers selon la dernière enquête publiée par la FNTP, dont les résultats complets sont à télécharger. Mais les conséquences de la crise sanitaire sur le chiffre d'affaires de l'année et sur l'emploi seront très lourdes.

Après un mois d'avril catastrophique à cause de la crise sanitaire et de l'arrêt des chantiers, l'activité des travaux publics en mai a été plus soutenue. Les résultats de la dernière enquête réalisée par la FNTP montrent en effet des signaux plus favorables, à défaut d'être véritablement positifs.

 

La bonne nouvelle : la quasi-totalité des entreprises a désormais repris son activité. Seul 1,4% des répondants à l'enquête explique être toujours à l'arrêt au 29 mai 2020, contre 17% un mois plus tôt.

 

Une reprise pas encore totale

 

Cependant, le niveau d'activité n'est pas encore revenu à la normale. En moyenne pondérée, il s'établit à 81% à fin mai. Avec des situations très hétérogènes puisqu'un quart des entreprises répondantes évalue leur niveau de reprise à 100%, quant environ autant l'estime inférieur à 80%.

 

La reprise n'est donc pas encore totale, et les conséquences sur le chiffre d'affaires du mois de mai se font d'autant plus sentir. En moyenne, il ne représente que 68% de celui réalisé un an plus tôt. Seules 7% des entreprises sont parvenus à le stabiliser par rapport à mai 2019.

 

Un long retour à la normale

 

Et le retour à la normale prendra du temps. Malgré une montée en puissance anticipée durant l'été, une reprise à 100% n'est pas envisagée dans les trois prochains mois.

 

Ainsi, à fin juin, les entreprises de travaux publics devraient réaliser 80% du chiffre d'affaires par rapport à un mois "normal", avec seulement 36% parvenant à atteindre les 100% (dont 1% feront même plus). En moyenne 88% de l'activité serait réalisée à fin juillet, 89% à fin août, la moitié des entreprises envisageant d'atteindre les 100% et plus durant ces deux mois.

 

Pas de miracle sur 2020

 

Les entreprises semblent commencer à y voir plus clair sur les conséquences de la crise sanitaire sur l'ensemble de l'exercice 2020. Et sans surprise, les prévisions sont peu optimistes.

 

 

Selon les données remontées par la FNTP, le chiffre d'affaires du secteur devrait baisser de 19% sur un an. Seules 5% des entreprises ayant répondu à l'enquête pensent pouvoir maintenir leur niveau d'activité par rapport à 2019. A l'inverse, un quart estime que la baisse sera de plus de 20%.

 

Lourd impact sur les perspectives d'emploi

 

Ces prévisions peu optimistes risquent par ailleurs d'avoir de forts impacts sur l'emploi. Un coup dur pour la profession qui, d'ici à fin 2024, estimait avoir besoin de 200.000 embauches (dont 50.000 nettes) et s'était engagée à passer de 8.000 à 12.000 apprentis.

 

La FNTP rappelle qu'en début d'année, 10% des entreprises envisageaient de freiner leurs embauches sur 2020. Désormais, 20% pensent diminuer leurs effectifs permanents, ce qui devrait passer par un tiers de licenciements.

 

Intérim et apprentissage pas épargnés

 

L'intérim ne sera pas épargnée. Représentant "traditionnellement environ 15% des effectifs, (…) 56% des entreprises envisagent de moins y recourir, voire plus du tout" dans 11% des cas, souligne la FNTP.

 

L'organisation professionnelle s'inquiète également d'un potentiel coup d'arrêt de la stratégie du secteur sur le développement de l'apprentissage. Selon son enquête, 38% des entreprises envisagent de baisser leurs effectifs d'apprentis, et même 15% pensent ne plus du tout y avoir recours.

actionclactionfp