APPEL A PROJETS. La Métropole du Grand Paris a lancé, le 6 mai, la troisième édition d'Inventons la MGP. Patrick Ollier, le président de la métropole, a décliné les trois thématiques qui vont guider la sélection des sites que proposeront les villes.

La métropole du Grand Paris (MGP) a lancé jeudi l'appel à projets de la troisième édition de son appel à projets urbains innovants, "le plus grand d'Europe" : Inventons la métropole du Grand Paris (IMGP). Cette nouvelle édition s'articule autour de trois thématiques, que le président de la Métropole, Patrick Ollier (LR), a déclinées lors d'une conférence de lancement, le 6 mai : la reconversion des friches urbaines, l'aménagement des quartiers de gare et, conséquence de l'épidémie de Covid-19, une attention particulière portée sur la transformation de bureaux en logements.

 

"Nous voulons anticiper les effets pervers du télétravail dans l'occupation des locaux d'entreprise", a expliqué Patrick Ollier. Ce qui ne veut pas dire que tous les bureaux sélectionnés devront forcément changer d'affectation. L'objectif est de permettre une évolution vers une offre de formation, de coworking ou de télétravail hors de chez soi, par exemple. Mais aussi, pourquoi pas "en lieu culturel, ou en centre médical", a détaillé l'exécutif métropolitain.

 

A travers ce concours, la MGP souhaite également favoriser la reconversion de friches urbaines pour réimplanter des "activités productives", des "équipements d'intérêt collectif" et mener des programmes de logements. Concernant les quartiers de gare du Grand Paris Express, la MGP favorisera les programmes contribuant au développement de "modes actifs, doux et bas-carbone" et générateurs "d'attractivité locale et métropolitaine". Là aussi, est attendu le développement d'espaces de télétravail, des "espaces de vie", et des logements.

 

Pas autant de candidatures

 

Du fait du choix de ces trois thématiques, Patrick Ollier s'attend à une édition "probablement plus compliquée" que les deux précédentes. "On ne sait pas combien il y aura de villes candidates", a indiqué le président, qui s'attend à ce qu'il n'y en ait "pas autant que pour IMGP 1 et 2, forcément, puisqu'il faut que les villes qui ont déjà des sites digèrent les projets". "Paris nous aidera sûrement", a-t-il néanmoins glissé.

 

Les sites à aménager, encore en cours d'identification, sont proposés par les villes puis retenus par la MGP pour être mis au concours. L'annonce des sites retenus est attendue en septembre et celle des lauréats au printemps 2022.

 

Quatre ou cinq sites en difficultés

 

Lors des précédentes éditions en 2017 puis en 2019, quelque 77 sites répartis dans 70 communes de la métropole avaient été retenus, pour un budget de 9,2 milliards d'euros d'investissement, selon les chiffres de la MGP. Sur ces 77 sites, 14 permis de construire ont été signés et "quatre chantiers" sont actuellement en cours, a fait savoir le président.

 

Face aux critiques sur la lenteur de l'évolution des projets, il souligne qu'un projet "n'émerge pas à moins de cinq ans après l'idée de sa création", et fait valoir qu'il n'y a que "quatre ou cinq sites pour lesquels les dossiers n'évoluent pas beaucoup", à cause principalement du remise en cause des projets à l'issue des municipales. Patrick Ollier rappelle également que "ce sont 15.000 logements qui vont sortir du sol grâce à ces deux appels à projets, mais aussi 15 hectares végétalisés, 6,5 hectares d'agriculture urbaine, etc.".

actionclactionfp