SÛRETÉ. Le 9 janvier 2020, la centrale atomique de Golfech, dans le Tarn-et-Garonne, a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire un incident de faible ampleur lié à la position des grappes de commandes du réacteur n°2. Il s'agit du premier incident de l'année 2020, après les 33 autres qu'a connu le site en 2019.

Début d'année embarrassant pour la centrale nucléaire EDF de Golfech, dans le Tarn-et-Garonne : le site a enregistré le 3 janvier 2020 son premier incident de l'année, de faible ampleur certes mais qui fait suite à une année 2019 déjà très chargée en la matière. Concrètement, les 65 grappes de commandes du réacteur numéro 2 du site, qui permettent en fait de réguler la puissance et la température au coeur de l'élément, n'étaient pas bien positionnées, d'après nos confrères de France Bleu Occitanie. C'est lors d'une opération de contrôle que les agents se sont aperçus que ces dizaines de grappes n'étaient pas dans la position requise mais "légèrement trop basses", selon la direction de la centrale, citée par La Dépêche du Midi. Les équipes ont ensuite signalé l'incident à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le 9 janvier, qui l'a classé en niveau 1 (correspondant à une anomalie de fonctionnement) sur une échelle de 1 à 7 des risques atomiques (la catastrophe de Tchernobyl, en 1986, est classée niveau 7, "accident majeur"). "Cet évènement n'a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, sur la sécurité du personnel, ni sur l'environnement", a assuré la direction.

 

Rapport à charge de l'ASN

 

Le problème étant que ce nouvel incident risque encore d'aggraver le cas de la centrale nucléaire de Golfech : France Bleu Occitanie a listé pas moins de 33 "évènements significatifs de sûreté" sur le site rien qu'en 2019. "Ce n'est pas un résultat satisfaisant. C'est pour ça que nous avons mis en place un plan 'rigueur/sûreté' en juillet dernier", a confié le directeur de la centrale, Nicolas Brouzeng, à la radio locale. "L'inquiétude qui existe, je la comprends, mais le fait qu'il n'y ait pas eu d'évènements majeurs sur les centrales en France depuis des années et que nous communiquons sur les incidents, en étant transparent, ça permet de rassurer et de faire accepter notre industrie." Sur son site, France Bleu Occitanie dresse une liste des "anomalies" et des "incidents" de ces derniers mois : erreur de calcul, non-respect des procédures de sécurité, rejet d'eau déminéralisée contenant de la morpholine (un composé organique) dans la Garonne...

 

La Dépêche du Midi précise que des problèmes d'exploitation avaient même conduit à plusieurs reprises en 2018 à l'arrêt des réacteurs. En octobre 2019, l'ASN a effectué une visite de la centrale EDF, et publié un rapport faisant état de nombreuses anomalies, dues essentiellement à des "manques de rigueur en exploitation". Pour le quotidien, le renouvellement régulier des effectifs constituerait une autre explication : le tiers des équipes aurait changé en seulement 5 ans.

actionclactionfp