JUSTICE. Ce mercredi 7 novembre 2018, le tribunal de commerce de Lyon a repoussé de deux semaines l'audience décisive afin de décider du rachat ou non du dernier constructeur de tunneliers français NFM Technologies, en redressement judiciaire depuis le mois d'août dernier.

Encore deux semaines d'attente pour NFM Technologies. Ce sera finalement le 21 novembre 2018 qu'aura lieu l'audience décisive qui décidera du sort du dernier constructeur de tunneliers français NFM Technologies, a annoncé le tribunal de commerce de Lyon. L'entreprise, en redressement judiciaire depuis le mois d'août dernier, n'a plus qu'une seule offre de reprise, celle du groupe allemand Mülhäuser, partenaire de l'entreprise, depuis que le groupe français Altifort s'est retiré.

 

Le délai accordé doit permettre à l'entreprise allemande spécialisée dans les activités de minage et de foration, "d'étayer son dossier, surtout le point financier, mais aussi de l'améliorer sur le plan social et économique", a expliqué à l'AFP, Luc Devaux, directeur général de NFM Technologies. Il précise également que les finances du constructeur de tunneliers ne permettront pas de continuer l'activité au-delà du 21 novembre 2018. Le groupe compte encore 149 salariés, répartis entre son usine du Creusot (Saône-et-Loire) et son siège de Villeubanne (Rhône).

actionclactionfp