FONCIER. La SNCF a lancé le 28 juin 2019 un programme de valorisation des espaces d'un millier de petites gares situées en régions. Un site Internet dédié permettra aux associations, entreprises ou collectivités de présenter leurs projets de réaménagement.

L'heure du réaménagement a sonné. Le 28 juin 2019, la SNCF a lancé "1.001 gares", un programme de valorisation de ses petites gares situées en régions, avec pour objectif de revitaliser ces lieux en mal de fréquentation, voire inoccupés. La France compte 2.993 gares, dont 400 sont considérées comme suffisamment importantes pour y accueillir des commerces alimentés par les flux de voyageurs. On compte par ailleurs plus de 1.500 gares qui sont étiquetées comme de simples haltes, et un millier de sites intermédiaires qui disposent de superficies non-négligeables ; des bâtiments voyageurs mais aussi des locaux techniques, des installations logistiques et des guichets sont bien souvent désaffectés et présentent par conséquent des surfaces utiles. Mais ces espaces inoccupés, qui représentent en moyenne 200 m² de superficie, "donnent une mauvaise image des gares", alors qu'"il y a beaucoup de demandes de projets locaux", précise Claude Solard, directeur général de SNCF Gares & Connexions. "Fort de ce constat, il faut qu'on rapproche l'offre et la demande, qu'on facilite les procédures et qu'on donne un petit coup de pouce financier", poursuit le responsable. Un coup de pouce qui se traduira dans les faits par une enveloppe de 20 millions d'euros dédiée à la mise en conformité de ces bâtiments, afin qu'ils redeviennent "des lieux vivants".

 


 

60.000 m² d'espaces vacants dans près de 296 gares

 

Pour l'heure, SNCF Gares & Connexions a comptabilisé environ 60.000 m² d'espaces vacants dans près de 296 gares. Tous ces sites sont présentés sur la plateforme Internet consacrée à ce programme, www.1001gares.fr. L'opérateur invite les associations, entreprises et collectivités territoriales intéressées par des projets de reconversion à se faire connaître, préalable indispensable pour que la SNCF puisse lancer un appel à manifestation d'intérêt pour ces lieux désaffectés. Les loyers "seront à la hauteur des possibilités des projets" d'après Claude Solard, qui indique : "On verra au cas par cas", sachant que le but est de "couvrir les frais de fonctionnement" des sites, tout en ne déstabilisant pas le marché immobilier local. Mais les rôles resteront bien délimités, et l'entité Gares & Connexions se cantonnera à celui de propriétaire : "Nous n'intervenons pas en soutien des projets. L'objectif, c'est de faire en sorte que la gare soit occupée !". Les perspectives sont toutefois encourageantes, avec plusieurs exemples de gares valorisées : c'est le cas notamment de celle de Millau, dans l'Aveyron, qui accueille le cabinet d'une diététicienne ; celle de Santenay, en Côte-d'Or, qui héberge l'office de tourisme de la ville ; ou encore celle de Gilley, dans le Doubs, qui offre ses locaux à une entreprise de location de skis.

 


actionclactionfp