PROFESSION. Pour lancer la 4e édition des Journées nationales de l'architecture, qui se tiennent du 18 au 20 octobre 2019, le ministre de la Culture, Franck Riester, a prononcé un discours à la Cité de l'architecture et du patrimoine sur les nouvelles orientations de son administration en faveur de la profession.

La 4e édition des Journées nationales de l'architecture, qui prend place du 18 au 20 octobre 2019 et devrait proposer plus de 1.200 évènements dans tout le pays, a été lancée par le ministre de la Culture, Franck Riester. C'est à la Cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris, que celui-ci a tenu une allocution présentant les nouvelles orientations de son administration en faveur de la profession d'architecte. Sur la base du rapport intitulé "Valeurs de l'architecture" qui lui a été remis, le ministre a proposé à la profession de se mobiliser autour de 4 chantiers : "développer une meilleure médiation de l'architecture en faveur du grand public" ; "dynamiser la formation aux métiers de l'architecture et moderniser les conditions d'exercice des architectes" ; "asseoir l'ancrage interministériel de l'architecture, sous l'impulsion du ministère de la Culture, afin de permettre notamment une plus grande efficacité de l'action de l'Etat sur les territoires" ; "accompagner l'innovation architecturale au service de la transition écologique".

 

Mieux connaître la profession d'architecte pour mieux l'accompagner

 

Concrètement, le ministre a annoncé la mise en place d'une banque nationale de ressources liées à l'architecture à destination des enseignants, ainsi que d'un portail national participatif intitulé "France Architecture" et dont l'objectif sera de compiler l'ensemble des données relatives à la profession. Ceci notamment afin de "déconstruire les idées reçues sur l'architecture et les architectes", a souligné Franck Riester. Globalement, la volonté du ministère de la Culture est donc de mieux accompagner les professionnels et de moderniser les conditions d'exercice. Ainsi, une meilleure adaptation des formations est au programme, afin de garantir une "meilleure employabilité des architectes", dans l'attente de la mise en place, prévue pour 2020, d'un "schéma national de l'offre de formation, de la recherche et de l'expertise".

 

 

Nombre d'évènements liés à la profession émailleront les prochains mois : durant l'automne 2019, la seconde salve de labellisations des "Chaires partenariales d'enseignement et de recherche" dans les Ecoles nationales supérieurs d'architecture (Ensa) sera lancée, et le ministère organisera les premières Assises nationales des écoles d'architecture en juin 2020. Mais Franck Riester veut aller plus loin : "Nous devons renforcer la capacité du ministère à connaître les réalités de la discipline et de la profession". Un "point fondamental" pour le ministre, qui a annoncé une réflexion autour de la mise en place d'un observatoire de l'architecture. Celui-ci aurait pour mission de collecter les données relatives, entre autres, à la rémunération des architectes, à l'évolution de leur insertion professionnelle ou encore à l'accès à la commande architecturale.

 

Aide à l'export et aide dans les territoires

 

"L'architecture est pour la France un vecteur de rayonnement économique et culturel. C'est l'un de nos secteurs d'excellence", a insisté Franck Riester. D'où un accompagnement spécifique des architectes à l'export pour les aider à décrocher des marchés et pour diffuser les savoir-faire tricolores à l'étranger : en lien avec le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, cette "stratégie d'exportation et d'expertise internationale" est soutenue par l'Afex (Architectes français à l'export), l'Institut français, la Cité de l'architecture et du patrimoine ou encore les écoles d'architecture.

 

"A l'échelle européenne, je suis également attaché à diffuser l'esprit et la singularité culturelle, géographique et historique de la culture d'un bâti de qualité, c'est pourquoi la France a rejoint les ministres de la Culture signataires de la déclaration de Davos sur la culture du bâti."

 

Le locataire de la rue de Valois estime néanmoins que "l'architecture peut et doit jouer un rôle à l'échelon territorial". Ce qui implique un travail interministériel, qui va consister à décliner au sein de chaque Drac (Direction régionale des affaires culturelles) une stratégie territoriale venant en appui aux élus locaux, professionnels, porteurs de projets et citoyens. La mise en réseau et la contractualisation constitueront les deux leviers de cette stratégie, qui viendra en complément du programme Action coeur de ville.

 

Penser la "ville-ressource"

 

Au-delà du lancement du groupe de travail sur la qualité d'usage et la qualité architecturale des logements sociaux, le ministère de la Culture souhaite que le premier objectif de l'architecture soit de "continuer à faire société". Pour cela, celle-ci doit devenir un outil de la transition écologique, ce qui passerait, d'après Franck Riester, par deux engagements : d'une part, contribuer à la neutralité énergétique du bâti en usant des connaissances sur les matériaux ; d'autre part, savoir réutiliser le bâti existant "pour préserver les sols et l'environnement naturel". En filigrane, c'est ainsi le concept de "ville-ressource" qui se dessine : "Je vous encourage à investir les centres urbains. L'un des enjeux des municipales est de repenser les centres-villes, surtout dans les villes moyennes et intermédiaires."

 

Cette liste de mesures, que le ministre veut non-exhaustive et amenée à s'enrichir, doit donc permettre de mieux affronter les enjeux de la profession tout en répondant aux problématiques sociales et environnementales de notre époque. Appelant de ses voeux des réunions régulières avec les architectes pour dresser des points d'étape de cette politique publique, Franck Riester jette un pont entre l'architecture et la résilience de notre société : "Il est évident que nous devons changer de mode de vie et de manière de penser le bâti. L'architecture nous aidera à relever les défis de notre temps. Nous avons besoin de vous pour requalifier l'existant, pour ériger des éco-quartiers, des villes intelligentes, pour apporter la nature en ville et pour faire société de la meilleure manière possible", a-t-il lancé aux architectes, avant de les assurer de l'engagement "total" de son ministère à leurs côtés.

actionclactionfp