CRISE SANITAIRE. L'accord entre le Gouvernement et les organisations professionnelles annoncé le 21 mars évoquait la sortie d'un guide de bonnes pratiques afin d'assurer rapidement une continuité de l'activité du BTP. Mais il tarde à être rendu public.

"Le guide de préconisations de l'OPPBTP n'est pas encore disponible. Nous le mettrons en ligne très prochainement." L'organisme et les organisations professionnelles ont martelé le message ces derniers jours, alors que des versions non validées par les pouvoirs publics circulaient notamment sur les réseaux sociaux. Il faut dire que la parution de ce guide est attendue de tout le secteur... Mais elle tarde.

 

Le 21 mars pourtant, l'accord annoncé entre le Gouvernement, la FFB, la Capeb et la FNTP, évoquait déjà la publication de ce document, qui devait permettre la poursuite ou la reprise de l'activité du secteur rapidement. "Il donnera, pour toutes les entreprises de toutes tailles, une série de recommandations pour assurer des conditions sanitaires satisfaisantes sur les chantiers et poursuivre les activités", était-il promis, dans un contexte où le pic de l'épidémie de coronavirus n'est pas encore atteint en France et où le confinement de la population se prolonge.

 

Repoussé de jour en jour

 

Soumis aux représentants de l'ensemble du secteur lors d'une réunion élargie du Conseil supérieur de la construction le 25 mars, le document a ensuite été transmis aux autorités, pour obtenir la validation des ministères de la Santé et du Travail. Depuis, c'est l'attente. Et la parution est repoussée d'heure en heure, de jour en jour.

 

Un délai qui peut surprendre. En effet, mi-mars, le gouvernement avait refusé de suspendre officiellement les chantiers de manière provisoire, le temps de mettre en place une organisation qui assure la sécurité des salariés. Plusieurs membres de l'exécutif avaient même pu avoir des mots assez durs contre la profession, dont l'activité s'était de fait subitement arrêtée.

 

Deux semaines et demi après, pourtant, les chantiers suspendus n'ont pas repris. La FFB, la Capeb, ou encore la fédération Scop BTP pour ne citer qu'elles, ont appelé plusieurs fois leurs adhérents à ne pas retourner sur le terrain, tant que le guide ne serait pas disponible. Guide qui semble se transformer peu à peu en arlésienne.

 

Une première version aurait été l'objet de modifications trop importantes

 

Mais alors, pourquoi ce blocage ? Premier élément, la tâche n'est pas si aisée. Contrairement à d'autres secteurs - on peut penser à l'industrie ou à l'énergie par exemple - la diversité des chantiers et des situations, rend plus complexe la réalisation d'une vision commune et la réorganisation, expliquent plusieurs sources, au sein de la profession ou dans les cabinets ministériels. Sans compter que le ministère de la Santé, bien que conscient des enjeux, a bien d'autres sujets à traiter et que le ministère du Travail est par ailleurs lui aussi, sollicité de toutes parts.

 

Toujours selon nos informations, un tout autre élément est venu retarder la publication du guide. Les organisations professionnelles et syndicales étaient bien parvenues à se mettre d'accord sur un protocole, qui avait de ce fait, été transmis pour validation au gouvernement. Mais il semblerait que les modifications apportées par les ministères aient été importantes, trop même pour que le secteur accepte le document en l'état. Il a donc fallu recommencer : les organisations professionnelles se sont accordées sur une nouvelle version, transmises aux organisations syndicales, avant de retourner sur les bureaux des ministères.

 

"C'est chaque fois un pas en avant, deux en arrière", résume-t-on au sein d'une fédération professionnelle, avec le sentiment de tourner un peu en rond. Et l'impression aussi que plus la diffusion tarde, plus les conditions d'une reprise seront difficiles à mettre en place, et plus il sera difficile de relancer l'activité rapidement. D'autant plus que le pic de l'épidémie se rapproche, sans que l'on sache vraiment à quel moment il interviendra.

 

actionclactionfp