TRANSITION. Dans son rapport annuel sur l'évolution des émissions de gaz à effet de serre, le Haut conseil pour le climat juge qu'il est grand temps que les mesures en faveur de l'environnement passent à la vitesse supérieure. Le secteur du bâtiment, qui a "raté" son premier budget carbone, doit tout miser sur la rénovation énergétique des logements.


Après la présentation des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, de la victoire des écologistes dans plusieurs grandes agglomérations françaises et de la mise en place du gouvernement de Jean Castex, c'est au tour du Haut conseil pour le climat de se positionner sur le sujet de la transition écologique. L'organisme indépendant créé fin 2018 a effectivement remis son rapport annuel sur la neutralité carbone, intitulé "Redresser le cap, relancer la transition" ; rapport qui fait le point sur l'évolution des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l'Hexagone ainsi que sur les politiques publiques en faveur de l'environnement. Si l'institution constate des progrès dans la gouvernance de celles-ci, elle déplore en revanche que la multiplication des annonces ne soit pas suivie, dans les faits, d'une réelle baisse des émissions polluantes.

 

"La redevabilité du Gouvernement sur les politiques climatiques reste faible. En dépit de certains progrès comme le budget vert qui sera mis en œuvre sur le prochain projet de loi de Finances, l'évaluation des lois et des politiques en regard du climat, sur laquelle le HCC a publié un rapport en décembre 2019, n'a pas progressé. Les annonces faites au cours de l'année écoulée, comme la feuille de route de chaque ministère sur son budget carbone, sont toujours en attente d'être mises en œuvre."
-Rapport 2020 du Haut conseil pour le climat

 

Léger recul des émissions du bâtiment en 2019

 

Autrement dit, la réduction des émissions de GES que l'on peut actuellement observer reste en-deçà des objectifs que la France devrait atteindre pour honorer ses futurs budgets carbone : en 2019, les émissions polluantes ont diminué de 0,9%, soit un niveau similaire à celui des années précédentes et encore loin des -3% attendus dès 2025. De plus, les quatre secteurs d'activité les plus émetteurs "ont tous raté le premier budget carbone (2015-2018)".

 

Parmi eux, après les transports (136 millions de tonnes équivalent CO2) et l'agriculture (85 Mt éq.CO2) mais avant l'industrie, le bâtiment a rejeté 81 millions de tonnes équivalent CO2 en 2019, un chiffre en retrait de 2,7% en comparaison à 2018 (83 Mt éq.CO2). "Les émissions provenant des bâtiments sont relativement homogènes sur l'ensemble de la France, malgré les différences de climats", note le Haut conseil. Et de préciser que la baisse de la pollution observée pendant le confinement sanitaire aura été "marginale par rapport aux efforts à accomplir".
Il vous reste 54% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp