BATIMENT. "Nous envisageons de créer un médiateur de la rénovation des bâtiments", déclare Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, dans un entretien au Monde publié ce lundi 26 août. Une piste suggérée en juillet par un rapport de l'Institut Montaigne.

Le ministère de la Transition Ecologique a potassé le rapport de l'Institut Montaigne sur la rénovation énergétique, durant l'été. "Nous envisageons de créer un médiateur de la rénovation des bâtiments", déclare Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, dans un entretien au Monde publié ce lundi 26 août. Soit un mois après l'adoption, par le Parlement, du projet de loi Energie-Climat, qui a consacré un volet à la rénovation des "passoires" thermiques, ces logements mal isolés au nombre de 7 millions environ en France. Dans un rapport diffusé en juillet, l'Institut Montaigne proposait précisément de nommer un médiateur de la rénovation énergétique, afin de "renforcer la confiance des particuliers et (de) traiter les litiges entre particuliers et artisans." Une opinion partagée par Frédéric Utzmann, PDG de la société Effy, spécialisée dans l'efficacité énergétique : "À l'image du médiateur de l'énergie, un médiateur de la rénovation énergétique est nécessaire aujourd'hui pour que tous les particuliers puissent s'orienter, trouver un appui et s'informer en toute confiance", déclarait-il dans une tribune publiée le 29 avril par Figarovox.

 

Le gouvernement songe également à "évaluer le travail des guichets qui accompagnent les particuliers", poursuit Emmanuelle Wargon, pour qui "il faut commencer par simplifier les aides, (…) trop complexes (et avec un) crédit d'impôt versé trop tard aujourd'hui." Les professionnels du bâtiment ont justement rendez-vous ce jeudi 28 août avec les services d'Emmanuel Wargon et de Julien Denormandie, le ministre du Logement, pour dresser un bilan des propositions qu'ils ont adressées aux pouvoirs publics dans le cadre de la concertation sur le projet de réforme du crédit d'impôt transition énergétique (CITE). Celui-ci doit être transformé en une prime distribuée par l'Agence nationale de l'habitat, à partir de 2020 pour les ménages précaires et très précaires, et de 2021 pour les ménages aux revenus intermédiaires, les plus aisés devant, eux, être exclus du dispositif.
Par ailleurs interrogée sur une éventuelle réintroduction de la taxe carbone, à la faveur de la future convention citoyenne pour le climat, Emmanuelle Wargon estime qu'elle "ne saurait être réintroduite sans accord démocratique" et souligne que "le produit de toute augmentation devrait être alloué à 100% à la politique écologique."

actionclactionfp