ENTRETIEN EXCLUSIF. Rénovation énergétique, label RGE, coups de pouce CEE, diagnostic de performance énergétique, réglementation environnementale, relance... La secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon, a reçu Batiactu au ministère pour effectuer un tour d'horizon de l'actualité.


La secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon, détaille auprès de Batiactu l'évolution du calendrier des réformes touchant à la rénovation énergétique. Elle revient également sur les premiers résultats du nouveau dispositif MaPrimeRénov, évoque les futures opérations "coups de pouce" financées par les CEE et le lancement d'un travail sur la simplification administrative du label reconnu garant de l'environnement (RGE). Pour elle, la rénovation énergétique est l'un des candidats sérieux au plan de relance de l'activité que prépare le Gouvernement.

 

Batiactu : Quelles ont été vos priorités durant la crise sanitaire, les périodes de confinement puis de déconfinement ?

 

Emmanuelle Wargon : Nous sommes très attachés, avec le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie, à la reprise rapide des chantiers. Nous avons suivi de près la réalisation et la finalisation du guide de l'OPPBTP, et j'ai effectué de nombreux déplacements sur le terrain, comme par exemple en Saône-et-Loire la semaine dernière, ou encore dans la Loire cette semaine, pour appuyer cette nécessité de reprendre les activités. Et ce, tous types de chantiers confondus, que le maître d'ouvrage soit une collectivité locale, l'État ou un particulier. Dans la mesure du possible, il faut que les donneurs d'ordre publics recommencent à programmer des travaux de rénovation d'écoles ou de bâtiments publics, qui d'ailleurs se font traditionnellement l'été.

 

Batiactu : Quelles sont les remontées terrain que vous avez récoltées de la part des entreprises et artisans du bâtiment ?

 

E.W. : En général, les artisans que je rencontre me disent qu'ils ont déjà repris leur activité, ce qui semble parfois en décalage avec les statistiques qui indiquent que tous les professionnels ne sont pas encore à l'ouvrage. Deux freins ressortent toutefois : certaines personnes âgées sont plus inquiètes à l'idée d'ouvrir leurs portes à des artisans, d'où l'importance de leur rappeler qu'il existe des protocoles sanitaires d'intervention, permettant de faire des travaux en toute sécurité, dans le respect des gestes barrière. Une autre difficulté concerne certains chantiers sous maîtrise d'ouvrage publique qui mettent un peu de temps à redémarrer, même si aujourd'hui les choses s'accélèrent. Selon les territoires et les interlocuteurs, les expériences ne sont pas les mêmes : dans certains cas les carnets de commandes semblent se regarnir progressivement alors que dans d'autres, le redémarrage est plus difficile.

 

Batiactu : Quels sont les messages que vous souhaitez adresser aux professionnels en cette période difficile et inédite ?

 

E.W. : Tout d'abord, je remercie ceux qui ont continué à travailler en s'adaptant durant la période de confinement, mais aussi ceux qui ont repris leur activité ces dernières semaines. Nous attendons des professionnels qu'ils aillent à présent au bout de la reprise des chantiers, puis qu'ils soient au rendez-vous du développement du marché de la rénovation. Du côté des pouvoirs publics, nous travaillons beaucoup pour rendre notre politique la plus efficace possible, et venons d'ailleurs d'apporter des ajustements de calendrier pour tenir compte de la période de confinement et d'arrêt de l'activité.

 

Batiactu : Justement, pourriez-vous revenir sur cette modification du calendrier réglementaire ?

 

E.W. : Nous menons le sujet de la rénovation énergétique avec une conduite de projet structurée, autour d'une cheffe de projet en la personne d'Anne-Lise Deloron, qui travaille en interministériel pour Julien Denormandie et moi-même. Nous visons ainsi au maximum de cohérence, d'homogénéité, de manière à ce que chaque bloc s'emboîte l'un avec l'autre : montée en compétences des artisans via la réforme du label Reconnu garant de l'environnement (RGE), fiabilisation des données, information des particuliers, opposabilité du diagnostic de performance énergétique (DPE), évolutions des aides financières, mise en place d'un observatoire de la rénovation… Du fait de la période de confinement, des réunions de concertation qui auraient dû avoir lieu n'ont pas pu être tenues. Nous avons donc souhaité assouplir le calendrier tout en maintenant l'ambition, plutôt que d'utiliser la crise comme prétexte à retarder excessivement les échéances, comme certains pouvaient être tentés de le suggérer.
Il vous reste 75% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp