ANALYSE. Le baromètre 2022 des énergies renouvelables électriques indique que l'Hexagone n'atteindra pas ses objectifs en la matière, particulièrement sur les segments de l'éolien et du solaire photovoltaïque. Pour autant, les auteurs relèvent tout de même quelques bonnes nouvelles pour l'année qui vient de s'écouler et celle qui commence.


C'est une affirmation qui tombe plutôt mal, quelques jours après l'adoption du projet de loi d'accélération des énergies renouvelables (ENR) par l'Assemblée nationale. Dans le domaine du développement des capacités de production électrique d'origine renouvelable, la France raterait la marche en 2023 si l'on en croit la 13e édition du baromètre des ENR électriques en France.

 

 

Le document, publié conjointement par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), l'Observatoire des ENR (Observ'ER) et l'Agence de la transition écologique (Ademe), indique en effet que la France n'est actuellement pas sur le bon rythme si elle souhaite atteindre ses objectifs pour l'année qui commence. Les segments de l'éolien et du solaire photovoltaïque seraient les premiers à en faire les frais.
Il vous reste 73% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp