ENTRETIEN EXCLUSIF. Suite à un déplacement en Seine-Saint-Denis pour rencontrer des entreprises du BTP, le ministre délégué aux PME, Alain Griset, s'est entretenu avec Batiactu sur le décret relevant le seuil de passation des marchés publics à 70.000 €. Il est également revenu sur les mesures en faveur de la rénovation énergétique sur lesquelles planche actuellement le Gouvernement en vue du plan de relance.

En visite sur le chantier d'une école à Drancy, en Seine-Saint-Denis, le ministre délégué aux PME, Alain Griset, a rencontré des entreprises du BTP intervenant sur site. L'occasion pour le nouveau locataire de Bercy de revenir sur un décret paru ce jour au Journal officiel : afin de soutenir la reprise d'activité des entreprises de la construction, impactées de plein fouet par le confinement sanitaire et la crise économique qui s'en est suivie, le seuil de passation des marchés publics de travaux est relevé à 70.000 € pendant un an. "Ce décret, qui est sorti ce matin et qui va être applicable dès demain, a pour objectif de permettre aux collectivités de faire travailler les entreprises locales", explique Alain Griset à Batiactu. "En passant à 70.000 € HT le seuil de dispense de procédure pour les marchés publics de travaux, les entreprises artisanales pourront accéder à des travaux auxquels elles n'auraient pas eu accès si elles avaient dû passer par des marchés publics, une procédure souvent complexe et longue pour des PME. Le but est vraiment de faire travailler les entreprises de proximité."

 

Le relèvement du seuil plutôt que la rapidité des procédures

 

Une décision qui s'inscrit, pour le ministre, dans une batterie de mesures plus large censée redonner de l'oxygène à tous les acteurs économiques ébranlés par la crise du Covid-19, des maîtres d'ouvrage - en l'occurrence, les collectivités - aux maîtres d'œuvre - les artisans et entreprises du bâtiment mais aussi des travaux publics : "Quand on voit les travaux qui sont souvent nécessaires dans les communes ou les collectivités, le seuil de 70.000 € HT couvre une très grande panoplie de métiers. Avec ce décret, on fait mieux que la rapidité des appels d'offres, nous donnons la possibilité d'avoir une commande quasi-immédiate par les collectivités", estime-t-il. "C'est un montant très intéressant pour permettre de développer leur chiffre d'affaires, l'objectif du Gouvernement étant de doper la reprise d'activité avant le plan de relance, et de permettre notamment aux entreprises du bâtiment de pouvoir profiter au maximum des dispositifs existants."

 

 

Plus largement, l'exécutif et des parlementaires planchent actuellement sur les détails des mesures qui composeront le fameux plan de relance, qui devrait être présenté le 24 août prochain en Conseil des ministres. "Je vais travailler au quotidien pour regarder avec les différentes organisations représentatives, dans le secteur du bâtiment comme dans les autres secteurs d'activité, de quelle manière on peut leur faciliter la vie et avoir un État à l'écoute et qui s'adapte à la situation", assure Alain Griset. Qui affirme par ailleurs que les concertations qui auront lieu dans le cadre des prochains projets de loi de Finances permettront, lorsque cela sera nécessaire, d'établir des mesures d'accompagnement spécifiques.

 

La rénovation énergétique, "cœur" du plan de relance

 

Mais les artisans du bâtiment attendent, eux, que les pouvoirs publics passent la vitesse supérieure sur la rénovation énergétique des logements, dont la massification paraît indispensable aux yeux d'un nombre croissant de responsables politiques et de spécialistes de la construction. Pour le ministre délégué aux PME, il n'y a pas non plus de doutes à ce sujet : "La rénovation énergétique est au cœur de la relance : ce qu'on souhaite faire en termes de développement économique repose avant tout sur une économie décarbonée", réaffirme Alain Griset. "La rénovation énergétique est une perspective d'activité importante pour le secteur du bâtiment, avec des montants conséquents comme les travaux lancés par l'État, pour des chantiers d'écoles et de bâtiments publics. Ces mesures vont inciter également les particuliers à faire appel aux artisans pour rénover leurs logements ou en construire des plus vertueux."

 

Et la coordination gouvernementale semble de mise pour que les mesures de relance économique puissent irriguer l'ensemble des acteurs de la chaîne : "Avec tous les ministres, nous travaillons pour que le plan de relance soit lisible pour le consommateur et facile d'accès pour les entreprises, de façon à ce que les montants annoncés soient bien utilisés, de manière opérationnelle." Prochain épisode fin août.

actionclactionfp