PROFESSION. Pascal Boulanger, qui entame son mandat à la tête de la Fédération des promoteurs immobiliers, a présenté, le 29 juin, ses priorités pour les trois ans qui viennent. En tête de celles-ci : le déblocage de la construction neuve, alors que les chiffres de la construction, dévoilés le même jour, montrent que le niveau d'avant la crise sanitaire n'est toujours pas retrouvé.


À compter du 1er juillet, Pascal Boulanger devient président de la FPI France, succédant à Alexandra François-Cuxac, dont le mandat arrive à son terme le 30 juin. Il sera accompagné d'un président délégué, Christian Terrassoux, puisque les deux dirigeants ont décidé de se présenter en binôme à cette élection. L'objectif principal de leur mandat de trois ans s'est imposé leur de leur campagne, explique le président, le 29 juin : "redonner de la légitimité à l'acte de construire", alors que les promoteurs rencontrés répètent le même discours : "les élus refusent les permis de construire".

 

"Comment y remédier ? C'est le sujet", insiste le président de la fédération. Alors qu'une crise de l'offre "profonde et potentiellement durable" s'installe, la nouvelle équipe va "mener un combat culturel" pour faire comprendre non pas aux élus, que les promoteurs ont "peut-être trop stigmatisés", mais à la population, que la construction était à la fois "nécessaire, utile et noble". Pour "séduire la population", la présidence travaille à la création d'un think-tank "avec des personnalités crédibles, éloignées de la promotion, qui épousent notre cause".

 

Les normes, autre point noir

 

La commission présidée par François Rebsamen, qui doit faire des propositions pour le déblocage des permis et à laquelle participe, naturellement, la FPI, montre que "les pouvoirs publics ont compris le problème", si ce n'est au niveau local, au moins au niveau national. Au risque d'une "schizophrénie" des injonctions de la part des pouvoirs publics. La nouvelle présidence fonde ses espoirs sur cette commission, même si les échéances électorales de 2022 et l'embouteillage législatif ne poussent pas à l'optimisme quant à des grandes inflexions politiques.

 

Outre le déblocage des permis, le tandem entend surveiller de près la question des normes : RE2020, label RE2020, référentiel qualité, Pinel conditionné à un niveau de performance énergétique, chartes locales qui "continuent de se multiplier""On ne voudrait pas qu'on nous reproche les augmentations de prix qui s'en suivront mécaniquement", martèle le président.
Il vous reste 56% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp