ANNONCE. Les pouvoirs publics viennent d'annoncer le lancement d'une médiation de filière spécifique au BTP, réunissant l'ensemble des acteurs, pour contrecarrer les effets néfastes des pénuries de matières premières.

Le ministère de l'Économie vient d'annoncer, ce 20 mai 2021, lancer une "médiation de filière" pour le BTP, réunissant l'ensemble des acteurs de la chaîne, pour lutter contre les pénuries de matières premières et les surcoûts qui y sont liés. "L'objectif est d'identifier les éventuels comportements abusifs, de sécuriser les approvisionnements ainsi que l'activité des entreprises", détaille un communiqué de presse diffusé ce jour. "Une première réunion de travail se tiendra avec les ministres, le médiateur des entreprises et les acteurs du secteur avant la fin du mois de mai."

 

Les maîtres d'ouvrage publics invités à "soutenir" les entreprises

 

Autre levier : les pouvoirs publics assurent sensibiliser les acheteurs publics aux problèmes causés sur le terrain par les nombreuses pénuries, et ce pour les contrats en cours d'exécution. Il s'agit ainsi, au cas par cas, de ne pas appliquer les pénalités de retard "lorsque les retards de livraison ou d'exécution sont liés aux envolées des prix des matières premières ou de pénuries d'approvisionnement des entreprises" ; et d'accorder des reports de délais "quand cela est possible", ainsi que de "réfléchir, au cas par cas, aux autres mesures d'exécution qui permettraient d'apporter une réponse à cette situation". Les maîtres d'ouvrages publics dans leur diversité (collectivités locales, établissements publics) sont invités à adopter cet esprit, en s'engageant dans cette "démarche de soutien" aux entreprises.

 

La FFB demande toujours la prise en charge à 100% du chômage partiel

 

La Fédération française du bâtiment (FFB) a salué, dans un communiqué de presse du 20 mai 2021, ces annonces du ministère de l'Économie. Elles envoient "un signal fort qui doit permettre d'éviter une fragilisation du secteur, car les artisans et entrepreneurs subissent cette situation sans pouvoir l'anticiper". La création d'une médiation permet notamment "la possibilité d'un échange plus approfondi entre acteurs, de façon à restaurer une confiance qui s'effrite avec l'allongement de cette crise". L'organisation professionnelle espère à présent que ces recommandations seront suivies d'effet sur le terrain, et réitère sa demande de prise en charge à 100% de la mise au chômage partiel de compagnons faute de matériaux.

 

Enfin, le gouvernement tient à rappeler que les contrats incluant une part importante de matières premières soumises à de fortes évolutions des cours mondiaux "comportent obligatoirement une clause de révision de prix incluant au moins une référence aux indices officiels de fixation de ces cours".

actionclactionfp