INDEMNISATION. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce jeudi 5 juillet, la création d'un fonds de compensation destiné aux riverains de l'aéroport Nantes-Atlantique. Nourri par l'État et le concessionnaire des travaux, il servira à financer les travaux d'insonorisation des logements alentours.

Présent à Nantes ce jeudi 5 juillet 2018, le Premier ministre a fait de nombreuses annonces concernant les suites de l'annulation de la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Tout d'abord, Edouard Philippe a annoncé la création d'un "fonds de compensation" d'ici la fin de l'année pour les riverains de l'aéroport Nantes-Atlantique, sujet à de futures rénovations. "Abondé par l'État, par le concessionnaire et le cas échéant, par les collectivités", indique le chef du gouvernement, il permettra aux riverains de financer "jusqu'à 90 %", des travaux d'insonorisation de leur logement. De plus, il servira également à payer "le transfert des équipements publics" à proximité de l'aéroport ainsi qu'à dédommager certains propriétaires qui souhaitent vendre leur bien "dans des conditions correctes", précise l'ancien maire du Havre. S'il n'a pas donné de précisions sur le niveau d'abondement, le Premier ministre assure que "les sommes seront largement suffisantes pour financer la première ou les deux premières années d'existence".

 

Quelle suite pour le contrat de concession de Notre-Dame-des-Landes ? Le 27 juin 2018, le gouvernement a annoncé que celui-ci, qui le liait au constructeur Vinci sur le projet d'aéroport, allait être résilié. Cependant, ce contrat ne peut pas être rompu tant qu'un autre contrat de concession n'a pas été signé pour le réaménagement de l'aéroport existant. "Des discussions sont en cours avec Vinci pour qu'il puisse réaliser dès 2019, des investissements à hauteur de quelques millions d'euros en vue de l'amélioration des conditions d'usage de Nantes-Atlantique", a indiqué Edouard Philippe, qui espère également signer le nouveau contrat de concession "en 2021".

 

Le Premier ministre s'est également entretenu avec des élus locaux, Johanna Rolland, maire de Nantes, Christelle Morançais, présidente de la région, Philippe Grosvalet, président de conseil département et des députés. A l'issue de ces rencontres, il a confirmé la rétrocession d'une partie des terres de Notre-Dame-des-Landes au département. "Mais pas à l'euro symbolique", comme l'aurait souhaité le président du département. Edouard Philippe a également acté le remboursement "d'ici la fin de l'été" des 29 M€ dépensés par les collectivités territoriales entre 2011 et 2013 en faveur de la construction du nouvel aéroport. Enfin, il s'est engagé à signer le "contrat d'avenir" avec la Région avant la fin de l'année. Ce contrat prévoit une liste de projets d'infrastructures qui reposent sur quatre piliers : "transport, transformation numérique, transition écologique et économie de la connaissance", est-il précisé.

actionclactionfp