AUDITION. Le président du Conseil supérieur du notariat, Didier Coiffard, a été auditionné le 5 juillet dernier par le collège de l'Autorité de la concurrence, dans le cadre de ses travaux relatifs à l'élaboration d'une nouvelle carte des futures installations des notaires. Ce fut l'occasion pour la profession de faire le point sur sa situation.

Sur la base de ses travaux relatifs à l'élaboration d'une nouvelle carte des futures installations des notaires, Didier Coiffard, le président du Conseil supérieur du notariat, a été auditionné par le collège de l'Autorité de la concurrence le 5 juillet dernier. Durant cette entrevue, le juriste a indiqué qu'à l'heure actuelle, sur un objectif de 1.650 nouveaux notaires fixé par la loi Croissance (loi du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, plus connue sous le nom de loi Macron), 1.370 avaient prêté serment, 1.000 sont dotés des pré-requis informatiques et sont désormais en fonction.

 

Ceci dit, le président du Conseil supérieur du notariat a regretté le mode de désignation par tirage au sort de ses confrères, un système retenu par les pouvoirs publics et qui aboutirait à des dysfonctionnements ainsi qu'à des mécontentements. A cette occasion, Didier Coiffard a déclaré : "L'offre de proximité en France est déjà largement satisfaite avec deux fois plus de notaires par habitant que la moyenne européenne. Il faut donc aujourd'hui, par esprit de sagesse et de responsabilité, laisser le temps aux nouveaux notaires de s'installer, de se développer et de consolider leur office sur le moyen terme, avant même d'envisager une nouvelle vague de création si le service public de la justice le nécessitait. Il en va de l'équilibre économique et social de toute une profession et de ses 54.000 collaborateurs et, au-delà d'elle, de la qualité de service rendue aux Français".

actionclactionfp