* Au Moyen-Orient et en Asie :
- Bangkok (Thaïlande) : 50 m²
- Tokyo (Japon) : 52 m²
- Taipei (Taïwan) : 59 m²
- Shanghai (Chine) : 60 m²
- Osaka (Japon) : 62 m²
- Pékin (Chine) : 70 m²
- Dubaï (Emirats Arabes-Unis) : 120 m²
- Phuket (Thaïlande) : 140 m²
- Phnom Penh (Cambodge) : 200 m²

 

Plusieurs tendances générales sont à noter pour cette région du monde : déjà, certains pays comme le Japon ou Taïwan sont confrontés à un vieillissement de leur population ; ensuite, la demande est principalement intérieure, comme en Chine par exemple ; enfin, la hausse des prix observable dans la plupart des villes asiatiques se fait au détriment des provinces. Le Cambodge s'illustre par son marché en plein essor, un dynamisme porté par les acquéreurs chinois qui représentent 80% des investisseurs dans le pays. La Thaïlande est sensiblement dans la même situation, puisque les acheteurs étrangers peuvent représenter jusqu'à 70% des acquéreurs dans certaines grandes villes du pays. En revanche, ce taux tombe à 10-15% au Japon.

 

Quant à la Chine, il s'agit d'une exception en la matière : il n'y a pas d'investissements étrangers dans l'Empire du Milieu, pour la simple et bonne raison que la législation locale exige qu'un étranger travaille et paye ses impôts pendant au moins 3 ans avant d'avoir la possibilité d'acheter un bien immobilier. Et encore, cet achat ne peut être effectué que pour lui-même, et non pour un tiers. En Chine également, Shanghai occupe une place à part : en tant que métropole internationale et place financière de premier plan, la ville compte 24 millions d'habitants, mais son agglomération totalise 70,5 millions d'habitants, ce qui en fait la mégapole la plus peuplée de Chine.

actioncl