PRÉVISIONS. Dans le cadre du projet européen Clim4Energy, des données climatiques sont mises à la disposition des industriels et porteurs de projets du secteur énergétique. Elles doivent permettre de mieux définir les stratégies d'investissement et d'exploitation des parcs de production éoliens, photovoltaïques ou hydroélectriques.

Les énergies renouvelables intermittentes sont impactées par la météorologie et par le climat. Une bonne maîtrise de ces données permet donc d'estimer à court, moyen et long terme la disponibilité des ressources : il est ainsi possible d'optimiser la gestion de production, d'anticiper les opérations de maintenance, d'assurer l'équilibre offre-demande sur le réseau électrique ou de mieux dimensionner les infrastructures face aux risques comme des vagues de froid ou des tempêtes. Car ces prévisions permettent à la fois de mieux évaluer les tendances de production (éolien, solaire, hydroélectricité) mais également de jauger la consommation d'énergie liée aux besoins de chauffage.

 

Le service climatique au bénéfice de l'industrie, mis en place dans le cadre du projet Clim4Energy, a fait travailler de nombreuses équipes de recherche européennes (dont certaines du CEA, du CNRS et de Météo-France) avec onze opérateurs de l'énergie (y compris RTE et EDF). Le projet a permis de démontrer qu'il existe trois échelles de temps différentes. Tout d'abord les données historiques, qui expliquent les variations de demande et de production électrique tout au long des années et qui autorisent de rejouer des scénarios aux situations critiques. Ensuite, à l'horizon de quelques mois, les prévisions saisonnières qui donnent une vision autorisant de planifier avec soin les moments d'implantation ou de maintenance des équipements. Enfin, sur des périodes beaucoup plus longues, de l'ordre de décennies, il est possible de bénéficier de projections climatiques, afin de définir de grands plans d'investissements dans les infrastructures notamment.

 

Vague de froid et pluie verglaçante ? Même pas peur !

 

Plus spécifiquement, en France, le gestionnaire du réseau RTE a étudié deux vagues de froid (celles de 1985 et de 2012) qui avaient conduit, à l'époque, à des situations critiques. Comme l'explique le CEA, "les scientifiques ont élaboré deux indicateurs en fonction de la température : l'un donne la consommation en fonction de la température extérieure et l'autre mesure la disponibilité des ressources éoliennes et solaires en France et dans les pays voisins". Les chercheurs ont ensuite appliqué ces indicateurs sur des projections climatiques anticipant l'évolution globale constatée. Un autre gestionnaire, FinGrid (Finlande), s'est lui focalisé sur le phénomène des pluies verglaçantes qui endommagent les lignes à haute tension. Grâce à un indicateur spécifique, il pourra identifier les régions à risque, planifier des interventions d'urgence ou affiner la conception et l'implantation de son réseau.

 

Autant d'outils qui serviront à rendre plus compétitives les énergies renouvelables et à limiter les impacts du bouleversement climatique en cours.

actionclactionfp