Un consortium français, rassemblant Alstom-Colas Rail et Thalès a décroché un contrat relatif à la ligne 3 du métro de la capitale vietnamienne. Montant de la transaction : 265 M€.

On savait que le métro du Caire était une manne pour les groupes français. Mais celui de la capitale vietnamienne, en pleine construction, est également appelé à devenir une source de revenus pour eux. Le groupement rassemblant Alstom, Colas Rail et Thalès a remporté un contrat relatif au lot "Matériel roulant, signalisation, télécommunication" de la future ligne 3 du métro de Hanoï. Cette importante transaction a même été saluée par le secrétariat d'Etat aux Transports, qui précise dans un communiqué : "Ce contrat (…) sera une référence pour ces entreprises françaises dans tout le pays et la zone Asean". Alain Vidalies, qui a assisté à la cérémonie de signature, a déclaré : "Ce contrat matérialise les ambitions du partenariat stratégique entre le Vietnam et la France".

 

La première réelle ligne de métro de Hanoï est numérotée 3 car la ligne 1 consiste en fait à modifier le réseau métrique existant pour le doubler et l'électrifier, tandis que la ligne 2A est entrée en construction en janvier 2012. Conçue avec l'aide d'une autre entreprise française, Systra, elle s'étendra sur 12,5 km (dont 4 km en souterrain) et comptera 12 stations. Son entrée en service, initialement prévue en 2016 a été repoussée à 2018.

 

Le projet, crucial pour désengorger la capitale vietnamienne qui compte plus de 7,5 millions d'habitants (dont 2,6 millions en centre-ville), est largement financé par des puissances étrangères dont le Japon (pour la ligne 1), la Chine (ligne 2A) ou la France (ligne 3). Le secrétariat d'Etat note : "Ce métro pourra être construit notamment grâce à la mobilisation financière de la France, par un prêt du Trésor français et de l'Agence française de développement".

actionclactionfp