INSÉCURITÉ. Ce lundi 17 décembre 2018, le bâtiment A du parc Corot, dans les quartiers nord de Marseille, a été totalement évacué. Cette barre d'immeuble est tristement célèbre pour sa dangerosité, le lieu est infesté par des rats, les murs couverts de moisissures et l'électricité est délabrée.

La crise du logement insalubre se poursuit à Marseille. Ce lundi 17 décembre 2018, 152 personnes ont été évacuées du bâtiment A du Parc Corot, dans les quartiers nord. Cette barre d'immeubles est l'une des plus grandes copropriétés dégradées de la cité phocéenne, les habitants se plaignant notamment de l'omniprésence de rats, de moisissures sur les murs ou encore de défauts majeurs d'électricité. A la fin du mois de novembre, la mairie avait déjà commencé l'évacuation des lieux, suite à un arrêté "d'insécurité imminente". Une trentaine de familles avaient alors été déménagées et relogées. Parmi les 152 personnes qui y vivaient encore, les policiers ont décomptés une majorité de squatteurs. Tous ont été "mis à l'abri" dans un gymnase du nord de la ville, en l'attente d'un examen du Samu social.

 

"Il va falloir sécuriser les autres bâtiments pour éviter que les squatteurs ne les investissent", a expliqué Alexandra Louis, députée LREM des Bouches-du-Rhône, chargée aux côtés de Guillaume Vuilletet d'une mission de lutte contre l'habitat indigne. Depuis l'écroulement de deux immeubles rue d'Aubagne, le lundi 5 novembre dernier, faisant huit victimes, près de 200 immeubles ont été vidés, causant le nomadisme de 1.538 personnes, hébergées pour la plupart à l'hôtel.

actionclactionfp