IMMOBILIER. Le réseau d'agences Century 21 a vu ses ventes de biens anciens stagner au même niveau qu'en 2017. Mais cette évolution fait suite à deux années record. Des taux extrêmement bas expliquent cette situation qui dure.

Depuis le début de l'année 2018, le réseau Century 21 (Nexity), a enregistré une stabilisation du marché des biens anciens (+0,3 %). L'AFP précise que d'autres agences avaient publié des bilans disparates au mois de juin dernier, notamment Orpi (-1,7 %) et Guy Hoquet (+4,2 %) par rapport à la même période de l'an passé. Mais ces évolutions sont à mettre en perspective avec la très forte progression de ce marché particulier en 2016 et 2017. Un premier record avait été établi voilà deux ans, battu à l'été 2017 avec près d'un million de ventes. Laurent Vimon, président de Century 21 France confirme : "L'activité se stabilise mais à un très haut niveau".

 

L'offre se raréfie, les prix montent

 

Les professionnels du secteur estiment que cette performance, maintenue dans le temps, provient des conditions bancaires toujours très favorables aux acquéreurs, qui peuvent emprunter à des taux extrêmement bas. Une situation qui pourrait même jouer contre les acheteurs : l'offre de logements anciens pourrait finir par ne plus pouvoir répondre aux demandes. La présidente d'Orpi, Christine Fumagalli, précise que dans certaines zones tendues de l'immobilier, les clients auraient tendance à se précipiter sur les offres : "Il arrive qu'ils reviennent sur leur décision après réflexion, le bien n'étant pas celui de leurs rêves ou le niveau de prix dépassant un seuil psychologique". Face à cette forte demande, les prix au mètre carré ont tendance à poursuivre leur hausse. Les trois réseaux d'agences, qui cumulent plus de 2.500 points de vente en France (1.200 pour Orpi, 850 pour Century 21 et 500 pour Guy Hoquet), enregistrent des augmentations comprises entre +1 % (Orpi) et +2,3 % (Century 21).

actionclactionfp