Après Rungis, Dijon et Tours, c'est au tour de Lyon de présenter son projet de Cité de la gastronomie. Ce nouveau centre devrait ouvrir ses portes en décembre 2018. Détails.

Le maire de Lyon Gérard Collomb a présenté, jeudi 7 avril, à l'ensemble des représentants de la gastronomie régionale son projet de Cité de la Gastronomie, qui devrait ouvrir en décembre 2018. "Dans quelle autre métropole que Lyon trouve-t-on 94 chefs étoilés ?", a demandé le maire de Lyon, lors de cette présentation. La ville fait en effet partie des quatre grandes villes françaises retenues il y a deux ans pour accueillir une Cité de la gastronomie, avec Tour, Rungis et Dijon (dont les installations ouvriront également fin 2018, lire notre article).

 

Ce nouveau centre dédié à la gastronomie s'inscrit dans l'ambitieux projet de rénovation de l'ancien hôpital de l'Hôtel Dieu de Lyon mené par le groupe Eiffage et conçu par les architectes Albert Constantin, Claire Bertrand et Didier Repellin, avec le soutien de la Ville de Lyon, de la Métropole de Lyon et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

3.600 mètres carrés dédiés à la gastronomie

 

Avec le projet de reconversion, cet édifice de l'architecte Soufflot "sera magnifié et accessible à tous grâce à 8 entrées (dont 7 seront ouvertes au public) qui permettront l'accès aux 8 000 m² de cours intérieures, avec des restaurants, des cafés, des commerces, l'hôtel Intercontinental et un Centre de convention", a indiqué le maire de Lyon. Le projet, occupant 3.600 mètres carrés, a été nettement revu à la baisse par rapport aux 15.000 mètres carrés initialement envisagés. Il prendra place dans la partie la plus ancienne du site.

 

La cité s'étendra sur trois étages disposés en croix et surmontés de l'un des trois dômes emblématiques des lieux. Gérard Collomb a également précisé que la cité "abritera une exposition permanente et deux espaces d'expositions temporaires". Un pôle de compétence y trouvera aussi place pour fédérer grandes écoles, institutions et structures culturelles, a-t-il ajouté.

 

La maire de Lyon, qui a reconnu que la genèse du projet avait été "un peu difficile", a toutefois souligné que le thème du "plaisir" en serait le fil conducteur.

actionclactionfp