Parmi les nombreux avantages cités par l'entreprise américaine, figure en premier l'économie réalisée. Le vide obtenu dans le tube central est aisé à produire au moyen d'énergies propres, comme de l'électricité renouvelable ou des générateurs à vapeur fonctionnant grâce à du biogaz. Les trains, plus légers puisque composés uniquement de cabines passagers, nécessitent moins de puissance pour se mouvoir que des trains classiques. Puisque leurs roues ne seraient plus motrices mais serviraient uniquement au guidage, le train atmosphérique parviendrait à grimper des pentes plus fortes que les motrices classiques. En leur donnant un angle de carrossage qui vient enserrer les rails, il serait également possible de négocier des virages à des vitesses plus élevées et de créer des courbes plus serrées. Le réseau, qui se dispenserait de caténaires et de lourdes infrastructures, serait également moins cher à déployer et présenterait une empreinte écologique plus faible que les lignes à grande vitesse classiques, aux tracés rectilignes et aux nombreux ouvrages de franchissement (tunnels et viaducs). Selon Flight Train, un convoi de trois wagons de 24 mètres (soit 240 passagers) pourrait atteindre voire dépasser les 300 km/h sans effort.

 

Côté confort, ses développeurs assurent que le silence - lié à l'absence de motrice ou de caténaires - est un plus indéniable. Pour la sécurité, ils ajoutent qu'un freinage d'urgence pourra être réalisé simplement en réinjectant de l'air dans le tube du piston, afin de le stopper rapidement. Les roues de guidage pourront, le cas échéant, assurer un appoint. Reste un souci : le déploiement de tout un réseau spécifique, à implanter à côté - ou à la place - d'axes déjà empruntés. Un problème qu'a déjà rencontré l'aérotrain, tué par l'avion, et que rencontreront la sustentation magnétique (en plus extrêmement vorace en énergie et en ressources) ou l'Hyperloop. Notons que des trains atmosphériques fonctionnent à ce jour, notamment au Brésil et en Indonésie (Aeromóvel de Porto-Alegre et de Djakarta), où ils servent de liaison rapide avec un aéroport ou un parc d'attraction. Serait-ce le début de la reconquête du rail ?

 

Aeromovel
Aeromovel © Eugenio Hansen - Wikimedia CC

actioncl