RÉFÉRENTIEL. Un vade-mecum sur les constructions bois en milieu urbain et destiné aux collectivités territoriales, aménageurs et propriétaires fonciers vient d'être publié par l'Association pour le développement des immeubles à vivre bois. Le nouveau guide s'inscrit dans une volonté de développement de villes durables et écologiques, avec une logique de partage d'expériences.

Jamais deux sans trois : après deux premiers vade-mecum consacrés aux immeubles bois et à la maîtrise d'ouvrage pour ce type de constructions, l'Association pour le développement des immeubles à vivre bois (Adivbois) publie un troisième guide dédié cette fois aux collectivités territoriales - communes, intercommunalités, métropoles… -, aménageurs et propriétaire fonciers, publics comme privés. Ce "centre de ressources destiné à l'ensemble des acteurs de l'acte de construire et d'aménager souhaitant développer des immeubles d'une nouvelle génération, en sites urbains" s'inscrit dans la volonté de l'association de développer des villes durables et écologiques, tout en promouvant le partage d'expériences.

 

Innover et massifier

 

Le troisième vade-mecum d'Adivbois résulte en fait de travaux menés par sa commission maîtrise d'ouvrage et territoires et un groupe dédié regroupant des collectivités et aménageurs qui ont justement amorcé une démarche de construction bois et biosourcée sur leurs territoires respectifs. La présidente de l'Union sociale de l'habitat (USH) et ancienne ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a préfacé l'ouvrage, qui contient également de nombreux témoignages et expertises : les régions Île-de-France, Occitanie et Hauts-de-France, les métropoles de Nantes, Rennes et Strasbourg, l'Établissement territorial Plaine Commune, les aménageurs EPA Bordeaux Euratlantique, EPA Marne, Oppidea, Solideo, Grand Paris Aménagement, Nantes Aménagement, le bailleur RIVP, ainsi que les organisations interprofessionnelles du bois France Bois Régions, Abibois, Atlanbois, Fibois Île-de-France, Fibois Hauts-de-France et Fibois Occitanie ont partagé leurs retours d'expériences dans ce nouveau guide d'une centaine de pages.

 

Les constructeurs et aménageurs intéressés y trouveront par ailleurs des bonnes pratiques, des argumentaires ainsi qu'une boîte à outils "opérationnels, incitatifs et réglementaires" pour prescrire et favoriser les opérations de constructions bois pour des projets de bâtiments collectifs résidentiels et tertiaires, comme des bureaux, commerces ou hôtels. "Les opérations publiques (ZAC, NPNRU, logements sociaux), via leurs cahiers de prescription, sont des leviers majeurs pour diffuser la construction bois et biosourcée de manière exemplaire. Les outils de planification (PCAET, PLH, PLUI) peuvent intégrer des clauses donnant des orientations stratégiques, ou dans une moindre mesure des prescriptions réglementaires, en complément de la prochaine RE2020 qui va favoriser les solutions bas-carbone", explique Adivbois dans un communiqué. "Les appels à projet lancés aux différents niveaux des collectivités, avec des financements publics éventuellement associés, viennent compléter ces démarches."

 

Et l'association de mettre en avant deux axes majeurs : l'innovation, par le biais d'appels à manifestation d'intérêt et d'appels à projets ; et la "banalisation-massification" à travers "la réalisation de bâtiments courants en grand nombre". Une généralisation qui doit permettre, nonobstant l'action sur les émissions de carbone, de former les acteurs, d'apporter de la croissance aux entreprises du bois et de baisser les coûts.

actionclactionfp