L'Assemblée nationale a rejeté la motion de censure UMP-UDI contre le Gouvernement, adoptant du même coup en première lecture le projet de loi Macron pour la Croissance et l'Activité. Prochaine étape : le passage au Sénat en avril prochain.

Sans surprise, la motion déposée par les groupes UMP et UDI, a été rejetée, jeudi 19 février dans l'après-midi. Elle n'a obtenu que 234 voix, alors qu'il en fallait 289, a annoncé à la tribune le président de l'Assemblée, Claude Bartolone (PS). Le projet de loi Macron pour la "Croissance et l'Activité" est donc adopté sans vote, d'après la procédure prévue par l'article 49-3 de la Constitution. A l'issue du vote, Manuel Valls a affiché sa détermination à réformer, "dans le dialogue, bien sûr", mais "surtout" avec "l'autorité qui s'impose".

 

193 heures de débat

 

Il aura fallu finalement 193 heures de débats dont 92 heures en commission spéciale et de longs échanges pour entériner le texte. Il sera désormais examiné au Sénat en avril.

 

Du transport aux professions réglementées en passant par le commerce et le travail illégal, ou l'ouverture des commerces jusque 12 dimanches par an, les parlementaires ont apporté ces trois dernières semaines de sérieuses avancées ou modifié certains aspects sur la loi Macron aux 209 articles à travers l'adoption de 495 amendements en commission et 559 en séance.

 


Découvrez l'ensemble des dispositions de la loi Macron concernant la construction.

 


actionclactionfp