INNOVATION. Une serrure motorisée intelligente, qui répond au doigt et à l'œil, sans aucune onde radio émise, ni risque de piratage ? C'est possible, répond Simon Laurent, co-fondateur de Havr, qui a développé Bright Lock, où le déverrouillage s'effectue grâce au flash d'un smartphone. Découverte.

La serrure Havr Bright Lock avait déjà été repérée par Maison à Part (Batiactu Groupe) au moment du salon CES de Las Vegas en janvier 2018. Elle sera bientôt présentée aux professionnels français sur le salon Nordbat, à Lille. Mais quelle est sa particularité ? Elle se déverrouille grâce à un signal lumineux codé, émis par un smartphone ! Simon Laurent, co-fondateur de Havr avec son camarade Alexandre Ballet, nous dévoile la genèse de ce projet : "L'idée nous est venue, avec mon associé, en étant confrontés lors de nos nombreux voyages à l'éternel problème logistique des clefs qui sont prêtées ou parfois cachées sous un paillasson… Nos études à l'UTC de Compiègne portaient sur la lumière et nous avons eu l'idée de joindre les deux thématiques".

 

De rapides impulsions lumineuses déverrouillent la porte

 

Techniquement, la solution se présente sous la forme d'un cylindre européen intégré, sécurisé selon les normes en vigueur, qui s'ouvre en communicant avec une application installée sur smartphone. Mais c'est une technologie LiFi qui a été choisie et qui permet de se passer de Bluetooth ou de technologie NFC (Near Field Communication). Le co-fondateur d'Havr nous révèle : "C'est une mécanique standard, motorisée, qui reste totalement ouvrable avec une clef normale". Quel avantage présente alors le procédé de code morse lumineux, émis en brefs éclairs par le flash du téléphone portable ? La société répond : "Le signal est unidirectionnel et ne peut pas être intercepté à distance. Le code change à chaque utilisation pour garantir plus de sécurité et éviter toute copie". Car, contrairement aux ondes radio, la lumière ne se propage pas dans toutes les directions autour du smartphone : le bref faisceau lumineux reste concentré sur une petite zone.

 

Bright Lock
Bright Lock © Havr

 

Bright Lock se pose donc en concurrent d'Okidokeys (entré dans le giron de Somfy en décembre 2016) mais Simon Laurent nous précise : "L'offre de Somfy est orientée vers les particuliers, ce qui est un marché compliqué. De notre côté nous visons les professionnels, de la promotion immobilière, des bureaux et espaces de coworking ainsi que les municipalités". En bref, tous ceux qui doivent contrôler les accès à des lieux partagés entre de multiples utilisateurs. Si la société vise d'abord le marché de la première monte, elle précise toutefois que son produit est d'une installation facile en remplacement d'une serrure classique : "Il suffit de retirer une seule vis de la porte, de retirer le cylindre puis de la glisser en place avant de revisser". Le produit, qui sera commercialisé pour environ 400 € HT, se veut à forte valeur ajoutée.

 

Des applications très professionnelles

 

Des contacts seraient d'ores et déjà pris avec l'Opac, Nexity, Bouygues ou EDF qui devraient tester la serrure avant d'envisager de l'adopter. Et la société Havr envisage, dans un second temps, de se rapprocher d'acteurs du LiFi, l'Internet transmis par la lumière, comme Lucibel ou Oledcomm, afin de proposer un environnement totalement intégré, notamment pour les édifices où les émissions radio sont bannies. "Ce serait utile pour les hôpitaux par exemple", nous confie Simon Laurent. Havr est aujourd'hui entré en phase d'industrialisation et travaille à préparer les outillages adaptés à la production en série. La commercialisation devrait intervenir au mois de décembre 2018 et le co-fondateur nous annonce que la société espère avoir vendu 1.000 serrures au mois de mars 2019. Bright Lock pourra disposer du marquage "Made in France" puisque réalisée à plus de 50 % dans l'Hexagone, même si sa carte électronique provient des Philippines.

 

Quant à l'avenir, le co-fondateur évoque de multiples applications possibles : sur des sites industriels où la gestion des contrôles d'accès est primordiale, ou bien sur du mobilier particulier (armoires, casiers), voire sur des cadenas de vélo… "Les possibilités sont immenses", conclut-il. Et que les phobiques du smartphone et personnes électro-sensibles se rassurent : l'entreprise travaille à la mise au point d'une lampe de poche qui permettra d'ouvrir la serrure sans le moindre téléphone portable. Cette petite torche led, sera programmée par le fabricant pour correspondre au seul numéro de série de la serrure. Une idée lumineuse également valable pour les plus jeunes utilisateurs, qui n'ont pas forcément de smartphone mais qui peuvent avoir besoin de rentrer seuls, ou pour les personnes plus âgées, qui ne maîtrisent pas toutes les technologies tactiles.

actionclactionfp