RÉNOVATION ENERGETIQUE. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, vient de dévoiler les axes sur lesquels les pouvoirs publics souhaitent avancer en matière de rénovation énergétique, en s'inspirant visiblement du rapport Sichel.

Les rapports commandés auprès d'experts par les pouvoirs publics ne sont pas tous pris en compte. Certains finissent, selon l'expression consacrée, "dans un tiroir". Tel ne devrait pas être le cas du rapport Sichel, remis récemment aux pouvoirs publics, contenant de nombreuses propositions visant à améliorer le parcours de rénovation énergétique des ménages.

 

Un accompagnement "individualisé"

 

En effet, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, sollicitée lors de la séance des questions au gouvernement par le député Jean-Marie Sermier au sujet du projet de loi climat et résilience, en a dit plus sur les projets gouvernementaux en la matière. La future loi devrait ainsi créer un "accompagnement individualisé" pour aider les gens à rénover leur logement. "Toute personne pourra avoir accès à une personne qui pourra les aider à faire un diagnostic, monter un plan de financement et réaliser les travaux avec des artisans formés", a-t-elle ainsi assuré. Ce qui ressemble tout à fait à l'une des propositions du rapport Sichel, celle de créer un "accompagnateur rénov", présent du début à la fin d'un projet.

 

Un amendement déposé par le député LREM Mickaël Nogal, l'un des rapporteurs du projet de loi, prévoit de créer cet accompagnement des foyers, en précisant "le contenu de la mission d'accompagnement des ménages dans leurs projets de rénovation énergétique". Cette mission serait effectuée par "des opérateurs agréés" ou par "les structures porteuses du guichet du service public". Surtout, ce texte (qui doit passer en discussion) prévoit que cet accompagnement devienne progressivement obligatoire "dans le cadre de l'attribution des aides à la rénovation énergétique, MaPrimeRenov' et aides de l'Anah, avec une première étape au 1er janvier 2023". Ces dispositions, si elles se confirmaient, viendraient à moyenne échéance modifier significativement le paysage de la rénovation énergétique. Concrètement, il deviendrait impossible de faire bénéficier un ménage d'une aide publique à la rénovation énergétique sans avoir désigné un "accompagnateur rénov" agréé par les pouvoirs publics. Mickaël Nogal se réfère très clairement à l'esprit du rapport Sichel.

 

 

La ministre s'est également montrée optimiste sur la question du reste à charge pour les ménages les plus modestes. "Je vous invite à suivre les débats [autour du projet de loi] dans les semaines qui viennent : le reste à charge ne sera plus un problème pour les personnes en difficulté." "Nous allons aider les gens à rénover leur logement, avec des factures de chauffage en baisse, et afin que plus personne ne grelotte en hiver et n'ait trop chaud en été", s'est félicitée la ministre.

actionclactionfp